RMC Sport

OL: Garcia accuse Juninho d'avoir voulu écarter Depay, Cherki et Aouar

Dans Top of the foot ce mardi sur RMC, l'ex-entraîneur de l'OL Rudi Garcia raconte comment Juninho a failli le priver de ses meilleurs joueurs jusqu'à la fin de la saison, avant le match renversant face à Monaco (3-2).

Rudi Garcia a vidé son sac dans les médias, après son départ de l'OL, confirmant sans plus tarder les problèmes relationnels rencontrés avec Juninho, son directeur sportif. Entre les deux hommes, le courant ne passait plus depuis plusieurs mois, le coach français reprochant au Brésilien des interférences dans son métier au quotidien.Selon Rudi Garcia, interrogé à notre antenne, sur RMC, dans l’émission Top of the foot, Juninho se serait accordé quelques libertés dans la gestion du groupe.

"Juni a critiqué certaines attitudes de certains joueurs, mais il ne s’est pas rendu compte qu’avec les Brésiliens, il leur donnait trop de passe-droits", a expliqué Garcia sur RMC. La réaction des Brésiliens sur la série de dysfonctionnements, dont Juninho serait à l’origine, de par son comportement, ont fusé dans l’après-midi, les Brésiliens se rangeant derrière leur compatriote. Ce réflexe d’apparence clanique peut tout aussi bien mettre en doute l’argument de Rudi Garcia comme accréditer la thèse développée par l’ex-coach de l’OL.

"On se serait affaibli"

Outre ce climat délétère qui se serait installé, et qu’il attribue à l’action de son directeur sportif, Rudi Garcia n’a pas non plus apprécié les réactions "épidermiques" de Juninho. Il prend en exemple la sanction sévère infligée à Houssem Aouar.

"C’est dommage de ne pas collaborer et d’être trop épidermique sur ce genre de décision, a regretté Garcia, sur RMC. La dernière étant, avant la victoire à Monaco, le fait de vouloir sortir carrément du groupe jusqu’à la fin de saison, Depay, Cherki et Aouar. Là encore, je ne sais pas qui aurait marqué le premier et le troisième but à Monaco, et on se serait affaibli."

A la lumière de ces déclarations tonitruantes de Rudi Garcia, on ne peut que se souvenir de la colère très démonstrative de Bruno Guimaraes, adressant un doigt d’honneur en direction des tribunes, alors que Rayan Cherki venait tout juste de donner la victoire à l’OL. Pour rappel, Rudi Garcia était dans les tribunes lors de ce match.

QM