RMC Sport

OL: Genesio donne rendez-vous à ses détracteurs au tribunal

Parti de l’Olympique Lyonnais à l’issue de la saison de Ligue 1, Bruno Genesio est revenu sur les critiques subies, dans une interview à l’Equipe. Il promet d'entamer des procédures judiciaires contre certains détracteurs trop véhéments. Et adresse un tacle à l'OL.

Bruno Genesio se confie. Dans une longue interview à l’Equipe, le désormais ex-entraîneur de l’OL, en poste de 2015 à mai dernier, a pris soin de commenter ses jours d’après, passés en famille dans le sud de la France. Libre comme l’air après l’épisode de sa vraie fausse prolongation, balayée un soir de défaite contre Rennes en demi-finale de Coupe de France, celui qui se cherche une opportunité "qui puisse me (lui) faire passer un palier" s’est aussi confié sur le rude traitement infligé par certains supporters rhodaniens. Et a adressé un tacle à son ancienne direction, pas assez montée au créneau, selon-lui, lors des premières salves à son encontre.

"Le club n’a peut-être pas été assez fort"

A lire >>> Genesio rappelé à l'ordre par la LFP pour paris sportifs

"Avant même mon premier match, il y a eu une pétition contre moi, rappelle l’ancien milieu lyonnais. Il y avait donc un a priori négatif qui se diffusait. C'est là que le club n'a peut-être pas été assez fort. C’est le seul gros reproche que j’ai à lui faire, révèle-t-il. Il aurait dû réagir, dès le début. Il a sous-estimé l’impact de quelques suiveurs qui ont fait beaucoup de bruit. Mais il y a eu des choses intolérables contre moi que je ne vais pas laisser passer".

"Il y a des assignations en cours"

Dans son radar, les critiques récurrentes sur les réseaux sociaux de certains suiveurs influents. Le nouveau protégé de Pini Zahavi ne compte pas en rester là sur le terrain judiciaire. "Des personnes sont allées beaucoup trop loin. Sur les réseaux sociaux, dans des commentaires. On va régler tout ça maintenant que je suis plus à l’OL, assène-t-il. J’ai déjà engagé des procédures. Il y a des assignations en cours (…) Lorsque ce sont des atteintes personnelles, il faut réagir." Le ton est donné.

PL