RMC Sport

OL: les destins de Juninho et Garcia "ne sont pas liés" précise Aulas

Lors d’une conférence de presse téléphonique, Jean-Michel Aulas a évoqué ce mercredi l’avenir de Juninho et Rudi Garcia. Le président de l’OL explique que le sort de son directeur sportif n’est pas lié à celui de son entraîneur. Et inversement.

Jean-Michel Aulas avait des messages à faire passer. Après avoir commenté la publication des comptes de l’OL, le président a tenu ce mercredi une conférence de presse téléphonique. L’occasion d’évoquer la situation de Rudi Garcia, mais aussi celle de Juninho. En expliquant clairement que le sort de l’un ne dépendait pas de la réussite de l’autre. Et vice versa.

"Leurs destins ne sont pas liés, a assuré le patron des Gones. Juninho est directeur sportif, il s’occupe de la stratégie et de la politique sportive à moyen terme. Contrairement à ce que disent certains, il a choisi Rudi Garcia, sans aucune intervention extérieure. S’il vous dit le contraire, personnellement, j’étais à toutes les discussions et je n’ai pas ressenti cela. Les destins ne sont pas liés. Et s’ils réussissent ensemble, cela permettra de rendre le sourire au président."

"Nous ne pensons pas qu’il faille tout changer aujourd’hui"

Après avoir atteint les demi-finales de la dernière Ligue des champions, cet été à Lisbonne, Lyon a très mal entamé son championnat. Après six journées de Ligue 1, les partenaires d’Houssem Aouar sont 14es au classement, avec une victoire, quatre nuls et une défaite. Sachant qu’ils ne disputeront aucune Coupe d’Europe cette saison. De quoi fragiliser la position de Garcia, en poste depuis un an? Pas forcément à en croire Aulas, qui dénonce le fait que son coach soit "jeté en pâture" sur les réseaux sociaux ou dans certains médias.

"Oui, nous souffrons terriblement sur ce début de saison. on, nous ne pensons pas qu’il faille tout changer aujourd’hui, résume le patron des Gones. Oui, nous essayons de renforcer l’équipe plutôt que de taper à bras raccourcis sur les entraîneurs. Oui, nous allons tenir un langage musclé envers les joueurs car nous savons que le potentiel est là. Cela peut supposer des changements de système, de relations et d’organisation sans pour cela mettre en cause de façon existentielle ceux qui en ont la responsabilité".

Alexandre Jaquin avec Edward Jay