RMC Sport

OL-OM : les cinq duels clés du choc

Yoann Gourcuff

Yoann Gourcuff - AFP

Lyon reçoit Marseille ce dimanche (21h) en clôture de la 11e journée de Ligue 1. Un choc passé à la loupe par Jean-Michel Larqué, à travers cinq duels clés, du match tactique entre les entraîneurs à la confrontation entre les deux meilleurs buteurs du championnat.

Hubert Fournier / Marcelo Bielsa

Hubert Fournier a gentiment lancé les hostilités cette semaine en lançant un « Bielsa n’a rien inventé ». Si l’entraîneur lyonnais n’avait pas pour but de critiquer son homologue marseillais, il met en lumière la différence de styles entre deux coaches qui réussissent d’excellents débuts dans leur nouveau club. « C’est peut-être le feu et la glace, souligne Jean-Michel Larqué. Bielsa est sur une ligne stable. Du côté de Fournier, on a mis un peu plus de temps. On a un baroudeur habitué à arriver dans un club et à s’adapter tout de suite. La grande différence, c’est que Bielsa est arrivé à Marseille quasiment en mai, alors que Fournier est arrivé à Lyon en juillet. Mais l’écart se réduit. »

Henri Bedimo / Benjamin Mendy

Pas épargné par les critiques lors de sa première saison marseillaise, Benjamin Mendy est devenu en quelques mois une valeur sûre de la Ligue 1. Solide derrière, il s’est aussi mué en véritable arme offensive pour l’OM, avec trois passes décisives. Un constat qui s’applique à Henri Bedimo, revenu en forme après avoir manqué les cinq premières journées de championnat. « Je dirais avantage à Bedimo sur l’ensemble des matchs depuis qu’il est là, déclare le membre de la Dream Team RMC Sport. Il a une haute régularité par rapport à Mendy, qui est toutefois en nette amélioration. Mais c’était difficile de plonger encore plus. C’était peut-être plus facile pour Bedimo car on l’attendait moins dans son club. »

Jordan Ferri / Giannelli Imbula

Deux internationaux espoirs, deux joueurs sur lesquels leur club fonde beaucoup d’espoirs. Et deux joueurs qui réussissent un bon premier quart de championnat. Titulaires indiscutables, les deux milieux de terrain de 22 ans sont décisifs, chacun à leur manière. Le Marseillais a marqué deux buts, tandis que le Lyonnais n’a pas scoré mais a déjà délivré quatre passes décisives. Pour Jean-Michel Larqué, il n’y a pas vraiment de débat : « Ferri est un peu moins spectaculaire, il a peut-être moins de qualités au départ mais il a plus de rigueur, d’investissement, de sérieux. Imbula en fait beaucoup plus à sa tête, alors que Ferri écoute plus les conseils de son coach. »

Yoann Gourcuff / Dimitri Payet

Le choc de la 11e journée de Ligue 1 sera l’occasion de voir un joli duel de meneurs de jeu français. Pour sa deuxième titularisation de la saison en championnat, Yoann Gourcuff s’est illustré en marquant un doublé la semaine dernière contre Montpellier (5-1). Si l’on attendra un peu avant de crier au retour du grand Gourcuff, l’analyse peut être un peu plus poussée pour Dimitri Payet. Talentueux mais trop irrégulier, le Marseillais semble enfin avoir trouvé la bonne carburation sous les ordres de Marcelo Bielsa. Ses trois buts et trois passes décisives en dix matchs sont là pour en témoigner. L’un de ces deux joueurs pourrait donc être la clé de cet OL-OM. « Les deux ont des coups d’éclat, les deux ont de l’instabilité. Le match peut tourner là-dessus », pense Jean-Michel Larqué.

Alexandre Lacazette / André-Pierre Gignac

Avec respectivement 8 et 10 buts en championnat, Alexandre Lacazette et André-Pierre Gignac sont les deux meilleurs réalisateurs français depuis le début de saison. Devant par exemple un certain Karim Benzema, qui n’en est « qu’à » quatre réalisations. Un petit luxe pour la Ligue 1. Ce dimanche, à Gerland, les deux goleadors tricolores seront face à face. Et de leur capacité à poursuivre leur bonne série dépendra sans doute en grande partie le résultat de ce match. Pour Jean-Michel Larqué, la différence entre les deux joueurs est mince, même s’il estime que le Lyonnais est le plus capable de maintenir ce rythme sur la durée : « Laissons parler les chiffres, qui sont en faveur de Gignac. Mais au niveau de l’influence, celle de Lacazette est au moins aussi importante que celle de Gignac. Lacazette est moins sollicité. Il a connu un début de saison où il était moins performant, donc il en a encore un peu sous la pédale. »

Alexandre Alain Rédacteur