RMC Sport

OL: selon Domenech, Juninho "veut être calife à la place du calife"

Invité de BFM Lyon ce lundi, Raymond Domenech en a profité pour donner son sentiment sur la situation de l’OL. Le technicien de 69 ans, passé par les Gones en tant que joueur et entraîneur, a notamment évoqué le récent conflit entre Juninho et Rudi Garcia.

Raymond Domenech est un pur produit de la région. Né et formé à Lyon, le coach de 69 ans a débuté sa carrière professionnelle à l’OL à la fin des années 1960. Avant de revenir sur le banc entre 1988 et 1993. Autant dire qu’il garde un regard particulier sur l’évolution de son club de cœur. Invité de BFM Lyon ce lundi, l’entraîneur de 69 ans, libre depuis son éviction de Nantes en février dernier, en a profité pour livrer son sentiment sur la situation de l’OL. A commencer par la récente passe d’armes entre Rudi Garcia et Juninho.

"Bosz n’est pas le plus mauvais choix"

"Il y avait un climat assez tendu, avec deux personnalités qui s’affrontent. La 3e place aurait tout réglé, mais là les rancœurs sont sorties au grand jour, observe Domenech. C’est dommage pour un club comme Lyon. Mais c’est la conséquence de plein de petits événements. Le premier d’entre eux a d’ailleurs été le départ de Bruno Genesio (en juin 2019, ndlr). On a vu ce que ça a donné derrière."

Après s’être séparé de Garcia, Lyon a choisi de confier son destin au Néerlandais Peter Bosz. "Ce n’est pas le plus mauvais choix. Parce que d’abord il parle français. Il a vécu en France, rappelle Domenech. En arrivant de l’Ajax, il a une culture de la mise en avant de la formation. L’objectif, c’est aussi de faire jouer les jeunes et de faire la promotion des joueurs. Ce n’est pas parce que je suis le président du syndicat des entraîneurs que je suis opposé aux étrangers, quand ils ont un profil qui semble adapté à ce que recherche l’OL. Laissons-lui la possibilité de mettre en place ce qu’il peut faire. Et laissons-lui du temps."

"Chacun à sa place"

L’un des grands enjeux pour Bosz sera de parvenir à cohabiter avec Juninho, décrit par Garcia comme particulièrement envahissant. "Il n’y a que le terrain et l’expérience qui nous le dira. Déjà, Juninho l’a choisi. Mais est-ce que les directeurs sportifs savent rester à leur place? L’entraineur gère son équipe et ne doit pas avoir d’interférences. C’est négatif pour le club. Chacun a sa place. Le directeur sportif doit intervenir si l’entraîneur lui demande. Mais pas dans son dos. Parce qu’il n’y a rien de plus mortel que ça. Et je comprends que Rudi ait pu le reprocher."

Relancé sur les ambitions de Juninho, qui effectue actuellement les démarches pour devenir coach, Domenech s’est montré plus incisif: "S’il est en train de passer ses diplômes et qu’il veut être entraîneur à la place de l’entraîneur, tous ceux qui vont arriver tant qu’il n’aura pas eu son diplôme, il y a aura des problèmes. Le vrai problème de l’OL maintenant sera ce positionnement du directeur sportif qui veut être calife à la place du calife."

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport