RMC Sport

OL : un leader qui ne pense qu’à la manière

Actuel leader du championnat, l'OL se refuse d'évoquer le titre.

Actuel leader du championnat, l'OL se refuse d'évoquer le titre. - -

En déplacement à Amiens pour affronter Lens ce samedi (17h), l’OL a l’occasion de conforter sa place de leader de la Ligue 1 et de mettre la pression sur ses poursuivants, l’OM et le PSG en premier lieu. Mais Lyon veut d’abord rester fidèle à lui-même.

Début septembre, après trois défaites et un nul, peu de monde aurait parié sur un OL leader au bout de vingt journées de championnat. Sont-ils beaucoup plus nombreux à miser sur un Lyon champion en fin de saison ? Pas sûr. « Le plus dur commence », prévient Christophe Jallet, sacré ces deux dernières saisons avec le PSG. Si l’OL ne cesse d’étonner, il refuse encore d’évoquer un sujet presque tabou. « Le titre ? Ne mettons pas la charrue avant les bœufs, on en est encore loin. On verra ce qu'il se passera en fin de saison », insiste l’ancien parisien.

« On n’a pas parlé de la première place, on a surtout parlé du jeu, confirme Hubert Fournier. C’est là-dessus qu’on doit plutôt se concentrer, sur le ‘‘Comment, on est arrivé à cette première place ? Comment on va faire pour rester le plus longtemps possible ?’’, plutôt que sur le ‘‘Combien ?’’, et se mettre de la pression sur le résultat sec. Ce n’est pas là-dessus que l’on doit porter notre attention. C’est surtout le ‘‘comment ?’’. »

Lens, seule équipe à avoir pris des points à Gerland

Malgré un début de saison catastrophique, tous les voyants sont au vert pour l’OL, aussi bien collectivement qu’individuellement. Lyon possède la meilleure attaque du championnat et la troisième défense. Lacazette, auteur de quatre doublés de suite, marche sur l’eau. Et Anthony Lopes n’est plus allé chercher le ballon dans ses filets en Ligue 1 depuis le 7 décembre et la victoire à Evian (3-2). Des statistiques de champion évocatrices, mais le coach rhodanien préfère garder la tête froide. « Il faut se concentrer sur le travail aux entraînements, croire en nous, en la force collective qui nous habite actuellement.»

Car ce match à Amiens, chez une équipe de Lens mal en point (19e), a des allures de piège. Handicapé par des absents partis à la CAN, Bedimo en premier lieu, Lyon doit se rappeler qu’en Coupe de France, il y a deux semaines, Lens n’était pas loin de combler son retard de trois buts. « C’est un match à gagner dans des conditions sans doutes difficiles, même si elles le seront pour les deux équipes. Ça va ressembler quand même un peu dans le schéma à ce qu’on avait vu à Calais. » Pour les Lensois, il s’agira surtout de se rappeler du match aller, quand ils l’avaient emporté à Gerland (1-0, 3e journée). Le seul faux-pas de l’OL à domicile cette saison. Mais ce n’est plus le même Lyon.