RMC Sport

OM: accusé d'avoir acheté des matchs, Tapie répond sèchement à Fratani

Accusé par son ancien assistant parlementaire d’avoir acheté des matchs et empoisonné des joueurs adverses lorsqu'il était président de l'OM, Bernard Tapie a répondu et démenti avec vigueur ces déclarations dans Le Parisien.

C’est la petite bombe de la journée. Marc Fratani, ancien homme à tout faire de Bernard Tapie (dont il fut l’attaché parlementaire), a procédé à un grand déballage, dans le Monde, sur les supposés agissements de l’ancien président de l’OM et de Jean-Pierre Bernès, directeur sportif du club. Entre corruption, matchs arrangés et adversaires empoisonnés à coup d’anesthésiants. Des révélations sans filtre de la part d’un homme fâché avec Tapie depuis 2016, après avoir collaboré avec lui pendant près de 30 ans. 

"Tout ça, c’est pipeau!"

Joint par Le Parisien, Bernard Tapie s’est agacé de voir les journalistes "ouvrir des poubelles d’il y a 30 ans pour savoir ce qu’il y a dedans". Avant de contre-attaquer.

"Mais je m’en fous complètement, a-t-il poursuivi. Il y a les cons qui voudront bien croire tout ça parce que ça leur fera plaisir, et il y a les gens qui ont un peu de jugeote. Ceux-là se rendront compte que tout ça, c’est pipeau! Alors après, si lui a acheté un arbitre un jour, il faut qu’il donne son nom, dise où, quand et qui lui a donné l’argent… Ce que je sais, c’est qu’il est très déçu que je n’ai pas mis la Provence à son service et celui de ses copains, voilà l’histoire. Je n’ai pas plus de commentaires à faire. Ça ne vaut rien et ça restera rien."

Arbitre acheté, adversaires anesthésiés?

Dans ses révélations, Fratani a notamment assuré qu’il avait acheté un arbitre avant un PSG-OM: "J’ai participé une fois à un achat d’arbitre, avoue l’ancien complice de Bernard Tapie. C’était pour un match contre le Paris-Saint Germain, à Paris. Le lendemain de la rencontre, je suis allé lui remettre dans un endroit discret ce qui était convenu. On déstabilisait aussi l’adversaire en utilisant des psychotropes: du Haldol, un anesthésiant. A l’aide de seringues à aiguilles ultra fines, le produit était injecté à l’intérieur de bouteilles en plastique. Tout ce qui était consommable par l’adversaire était traité."

"Deux titres volés à Monaco"

Il avait également accablé Tapie dans l’affaire VA-OM tout en détaillant le supposé plan de corruption mis en place à l’épique par le dirigeant marseillais. "La corruption n’était pas intensive, il ne s’agissait pas d’acheter tous les matchs, poursuit Fratani. lls ciblaient les adversaires principaux. Selon les dires de Jean-Pierre Bernès (alors directeur sportif du club, ndlr), l’OM a notamment volé deux titres à Monaco. Pour financer la corruption, de fausses factures étaient établies. Bernès affirme que 5 millions à 6 millions de francs sont sortis chaque saison pour acheter les matchs, 45 joueurs ont été concernés. Tout est décrit dans ces procès-verbaux, versés au dossier d’instruction. Bernès a affirmé avoir été malhonnête pendant quatre ans."