RMC Sport

OM : Bielsa-Payet, les raisons d’un clash

Dimitri Payet

Dimitri Payet - AFP

Ecarté par Marcelo Bielsa, le milieu de terrain offensif de l’OM Dimitri Payet ne disputera pas le dernier match de l’année contre Lille, ce dimanche au Vélodrome (14h). RMC Sport vous révèle les causes de ce regain de tension chez le leader.

La scène se déroule jeudi au centre d’entraînement Robert Louis-Dreyfus. Selon nos informations, Dimitri Payet figure dans le groupe des chasubles jaunes. Une opposition a lieu, mais l'équipe dans laquelle se trouve le Réunionnais manque de caractère et d'implication lors de cette séance. Une séance prévue pour durer 2h15 mais que Marcelo Bielsa décide soudain d'interrompre au bout d'à peine une heure. L'Argentin renvoie tous les joueurs aux vestiaires, avant de venir passer un coup de gueule général sur le manque de volonté, à trois jours d'un match important contre Lille. Le coach marseillais s'adresse alors à Dimitri Payet et lui dit en substance : « Toi, tu peux partir en vacances. Personne n'est indispensable. » Il y a quelques semaines, l'ancien coach de Bilbao disait pourtant de son joueur qu'il était « un gros travailleur à l'entraînement »...

« Tous les joueurs étaient surpris »

Le joueur, surpris de « prendre » pour tout le monde, mais assez orgueilleux pour ne pas se mettre à genoux pour demander pardon à son entraîneur, s'exécutera sans broncher en quittant dans la foulée le centre d'entrainement. « Tous les joueurs étaient surpris que Payet se fasse renvoyer, confie un membre du vestiaire de l'OM. Tous les jaunes étaient mauvais. On a la sensation que Bielsa a un peu sacrifié Payet pour montrer l'exemple. »

Pas si surprenant à en croire un proche de Bielsa, qui explique à RMC Sport que « la méthode de Marcelo, c'est toujours de donner plus d'importance au groupe qu'à un seul joueur. S'il a besoin de taper du poing sur la table, quitte à sacrifier un joueur, il le fera. Chilavert à Velez Sarsfield, mais aussi Llorente à Bilbao, avaient parfois été mis à l'écart, ce qui a souvent eu pour effet de rebooster le groupe et d'affirmer l'autorité de l'entraîneur. » Quitte à se passer de son meneur de jeu ! Marcelo Bielsa aurait donc estimé que la mobilisation générale était à ce prix.

Une trêve trop courte qui agace les joueurs

Selon nos informations, le groupe olympien a par ailleurs assez mal vécu l'annonce de la date de reprise de l'entraînement, après les fêtes de Noël (les joueurs reprendront le 29 décembre). Cela fait sept jours pour couper, soit l'une des trêves les plus courtes de ces dernières saisons. « Ce n'est pas la première fois que l'on joue en Coupe vers le 4 janvier (contre Grenoble, en 32e de finale, ndlr). Mais c'est la première fois depuis sept ou huit ans que l'on reprend si tôt », remarque un cadre du vestiaire olympien. Marcelo Bielsa, qui a senti ce mécontentement chez ses troupes, a donc tapé du poing sur la table. Et Dimitri Payet semble en avoir fait les frais.

la rédaction avec Florent Germain