RMC Sport

OM-Bordeaux: des incidents entre supporters avant le match

L'avant-match OM-Bordeaux, ce dimanche soir en Ligue 1 (21h), a été marqué par quelques incidents aux abords du Vélodrome. Des supporters marseillais, après avoir forcé un barrage de contrôle des billets, ont pris pour cible un car de fans bordelais. Les CRS ont dû intervenir et faire usage de gaz lacrymogène, qui a largement pénétré dans le stade.

Les supporters bordelais n'avaient pas eu l'autorisation de se déplacer à Marseille depuis 2014. Et leur retour n'est malheureusement pas passé inaperçu. A environ deux heures du coup d'envoi d'OM-Bordeaux, ce dimanche soir en Ligue 1 (21h), le stade Vélodrome a été le théâtre d'incidents.

Un car de fans girondins - historiquement rivaux de l'OM - a ainsi été pris pour cible à son arrivée au stade par une centaine de supporters olympiens vêtus de noir, qui ont forcé en nombre le barrage de contrôle des billets du côté de la tribune Ganay, débordant les quelques stadiers. En retour, les ultras bordelais ont voulu descendre du car pour se venger, ce qui a créé de la confusion et fait peur à beaucoup de spectateurs et de familles qui ont assisté à la scène.

>>> OM-Bordeaux en direct

De la lacrymo au Vélodrome

Conséquence: les forces de l'ordre ont dû intervenir pour calmer le jeu et ont fait usage de nombreuses cartouches de gaz lacrymogène. Un gaz qui, très vite, a pénétré à l'intérieur du stade Vélodrome, plongeant l'enceinte dans un nuage irritant et forçant l'évacuation de certaines tribunes pendant quelques instants. La sécurité a même donné l’ordre de faire entrer quelques supporters et journalistes en lieu sûr, l’espace d’un moment. A une heure du coup d’envoi, le stade était donc peu rempli. 

Les supporters bordelais sont finalement arrivés dans le parcage visiteurs à 40 minutes du début du match, dans une ambiance électrique, certains d'entre eux n'hésitant pas à grimper sur les filets de protection pour provoquer les Marseillais, qui eux entonnaient des chants anti-Bordeaux.

Il y a environ un mois, avant un OM-OL sous tension (2-1), des débordements s'étaient déjà produits autour de l'arène phocéenne. Le car des joueurs lyonnais avait été visé par des projectiles et quelques vitres extérieures du véhicule avaient ainsi été brisées. Ce qui avait provoqué la colère du président rhodanien, Jean-Michel Aulas.

CC avec Florent Germain