RMC Sport

OM: Boudjellal fait son mea culpa après l'échec de la tentative de rachat

Mourad Boudjellal, nouveau président du club de football de Hyères (National 2), a confié s'être "perdu" en portant le projet de rachat de l'OM.

Mourad Boudjellal fait enfin son entrée dans le monde du football. Après avoir tenté de prendre la main sur Toulon, l'Athletico de Marseille, puis l'OM, l'ancien président du Rugby Club Toulonnais est devenu celui de Hyères, pensionnaire de National 2. Il a décidé de nommer Nicolas Anelka, champion d'Europe 2000 avec l'équipe de France, comme directeur sportif. Un aboutissement pour le dirigeant, après ses échecs répétés dans le monde du ballon rond depuis janvier 2020.

"J'ai été compliqué à suivre"

"J’ai été compliqué à suivre, reconnaît-il dans L'Equipe. Je me suis perdu moi-même car, en réalité, j’hésitais entre tout arrêter pour prendre ma retraite ou me lancer un nouveau défi. La réalité, c’était Marseille ou Toulon. J’avais une idée en tête. Finalement, ce sera à Hyères."

Il acte aussi la fin de son projet de l'OM qu'il portait avec l'homme d'affaires franco-tunisien, Mohamed Ayachi Ajroudi. Il salue même avec Jacques-Henri Eyraud, le président marseillais qu'il a égratigné à de nombreuses reprises. Même s'il faut y noter une pointe d'ironie. 

"A l'OM, il y a un président qui fait l'unanimité"

L’OM, ça a été trop violent et mal interprété, a reconnu Boudjellal. On ne sait pas de quoi demain sera fait mais aujourd’hui, mon présent, ce n’est pas l’OM, qui a un bon président…"

Dans Var-Matin, il a aussi donné le clap de fin de ses ambitions marseillaises. "Le seul autre projet qui n'est pas fermé, c'est l'édition (il a fondé Soleil Productions, spécialisé dans la bande dessiné, ndlr)! Et je ne vois pas pourquoi j'irais à l'OM: il y a déjà un président qui fait l'unanimité." Il fait ainsi référence aux remous qui secoue Eyraud, très critiqué par les supporters.

La Ligue dans "cinq à dix ans"

Il se tourne désormais vers son nouveau projet varois avec une ambition mesurée: celle de monter en Ligue 2 dans "cinq à dix ans, en essayant d’être à la bagarre pour la montée en National dès l’an prochain". "Mais je n’ai pas envie de me mettre autant de pression qu’au RCT, conclut-il. J’ai aussi appris de mes erreurs." 

A Toulon (2007-2020), il avait mené l'équipe de la Pro D2 au toit de l'Europe (trois titres en 2013, 2014 et 2015) et de la France (vainqueur du Top 14 en 2014). Il a quitté le club en février 2020 pour laisser la place à Bernard Lemaitre. 

NC