RMC Sport

OM: Cataldo, le président des Dodgers, raconte la discussion avec McCourt

Invité de l’After ce lundi sur RMC, Christian Cataldo, le président des Dodgers, a raconté l’échange avec le propriétaire de l’OM Frank McCourt.

Frank McCourt en tournée marseillaise. Les élus et les groupes de supporters sont à l’agenda du propriétaire de l’OM en ce début de semaine, pour les rassurer après la crise de l’hiver. Dans l’After, ce lundi soir sur RMC, l’un des représentants des supporters marseillais, Christian Cataldo, a raconté cette rencontre avec l’Américain.

"Il y avait McCourt, Longoria et nous, a expliqué le président des Dodgers. Il avait reçu les Winners juste avant. Et il a reçu les Ultras juste après. Demain, il y a d’autres groupes. La phrase choc, c’est Eyraud is out. C’était clair et net, accompagné d’un geste de la main de la droite vers la gauche. Il n’y a pas eu besoin de traducteur. On a tous compris. C’était un premier point, c’est bien. Il s’est aussi engagé dans la durée. Il a reprécisé deux fois que le club n’était pas à vendre, qu’il n’est pas à vendre et qu’il ne sera pas à vendre. Il nous l’a dit les yeux dans les yeux."

"Il nous a dit qu’il voulait remettre le football au cœur du club, que c’était primordial, qu’il avait compris que ce n’était pas une entreprise et que ça ne se gérait pas comme un autre business, a ajouté Christian Cataldo. Il a dit qu’il allait faire sauter la mise en demeure, qu’il avait apprécié notre déclaration sur les incidents. Et qu’il avait fait une erreur en nous comparant aux énergumènes du Capitole. Peut-être qu’il n’avait pas les informations totales."

"On lui a dit qu’il fallait des gens qui viennent avec l’amour du club"

De leur côté, les supporters de l’OM ont également fait passer leurs messages. "On lui a demandé la levée de la mise en demeure, l’abandon de l’Agora, a expliqué le président des Dodgers. Ça va sauter. On lui a demandé, et il était d’accord avec ça, de nous faire participer au club, donner notre avis. On est là, j’ai été à l’OM toute ma vie. On va travailler avec Longoria. On lui a dit qu’il y avait d’autres personnes à dégager, les bras armés d’Eyraud, Ouvrard, Aldebert et celle qui fait les clips… On lui a dit qu’il fallait des gens qui viennent avec l’amour du club et pour aider le club."

"Il peut faire des affaires mais que le club soit pérenne et tienne le haut du pavé en France. C’est un minimum que l’OM soit dans les trois premiers", a estimé Christian Cataldo, qui a compris que l’après-AVB était déjà anticipé. "McCourt nous a dit que cela faisait quelques mois qu’il préparait le changement avec Longoria. Ça m’a un peu interrogé. Je pense que ça devait faire quelques mois qu’il savait que Villas-Boas allait partir. Il nous a dit qu’il allait aider Longoria du mieux possible pour refaire l’équipe et repartir d’un nouveau pas. Par contre, il ne nous a jamais parlé de gagner la Coupe d’Europe (ce qu’il aurait affirmé à Benoit Payan, le maire de Marseille, ndlr). Il nous a dit qu’on n’allait pas redevenir en trois mois une équipe qui gagne tout."

LP