RMC Sport

OM : des tags anti-direction sur les murs de la Commanderie

Les tags anti-direction sur les murs de la Commanderie

Les tags anti-direction sur les murs de la Commanderie - DR

Des tags à l’encontre de la direction de l’OM ont été vus sur les murs du centre d’entraînement du club phocéen ce vendredi matin. Ils fustigent le mercato olympien et demandent le départ du président Vincent Labrune et de l’actionnaire principal Margarita Louis-Dreyfus.

« Gestion indigne, mercato de merde, direction démission, ambition zéro ». Ou encore « Direction, réveillez-vous ! L’OM ne joue pas le maintien. » Voici ce qu’on peut lire ce vendredi matin sur les murs de la Commanderie, le centre d’entraînement de l’Olympique de Marseille. Des messages écrits sous formes de tags, apparents à quelques mètres de l’entrée principale du complexe – et réalisés sûrement à cet emplacement pour éviter d’être vu par les caméras de surveillance situées au portail principal – et qui traduisent la grogne de plus en plus grandissante chez certains supporters de l’OM. 

-
- © -

Si ces tags apparaissent plutôt comme un acte isolé – la campagne d’abonnements 2015-16 marchant plutôt bien – ils traduisent la frustration et l’incompréhension des supporters marseillais face au marasme actuel de leur club. Inactif sur le marché des transferts, même s’il a enfin, jeudi, enregistré l’arrivée de sa première recrue, le Nantais Georges-Kévin Nkoudou, délesté de ses cadres (André Ayew, André-Pierre Gignac, Jérémy Morel) partis libres et toujours en attente de la décision de Marcelo Bielsa, l’OM inquiète et agace surtout une partie de son public. Ce dernier n’a d’ailleurs pas du tout ménagé sa direction.

-
- © -

Labrune visé

On pouvait également lire ce vendredi matin des « MLD (Margarita Louis-Dreyfus, actionnaire principal du club, ndlr), démission » sur les murs de la Commanderie. Mais c’est surtout le président, Vincent Labrune, qui en a pris pour son grade. « VLB dégage ! » et « Labrune, casse-toi », ont également été écrits.

-
- © -

Pas une première pour Vincent Labrune. La dernière fois que les murs de la Commanderie ont été tagués, en avril 2014, les messages étaient à l’encontre de José Anigo et du président marseillais. Ils avaient été rapidement effacés. Le même sort attend ceux de ce vendredi matin. 

-
- © -
-
- © -