RMC Sport

OM: Di Meco pousse un coup de gueule sur l'origine du clash Eyraud-Aulas

Pour Eric Di Meco, l'origine de la passe d'armes médiatique qui a opposé Jean-Michel Aulas à Jacques Henri-Eyraud après les sanctions de la commission de discipline est imputable à l'OM. Dans le Super Moscato Show ce lundi sur RMC, il a estimé que le club marseillais s'était mal défendu.

"On sait pourquoi Adil Rami a pris autant qu'Anthony Lopes. Et du coup, tout ce qui se passe aujourd’hui, la fumée, parce que pour moi c’est de la fumée dans les médias, a été déclenché par Jacques-Henri Eyraud. Si Rami prend autant que Lopes en ayant juste parlé pendant que Lopes emplâtre quelqu’un, c’est que l’OM s’est mal défendu."

"S'attaquer au plus fort"

"Les gens qui sont allés à la commission, pour défendre Rami, ont attaqué Lyon au lieu de défendre le joueur. C’est ce qui n’a pas plu à la commission. C’est un cadeau du club. Et donc, aujourd’hui, on essaie de nous faire oublier le cadeau du club en s’attaquant à Aulas. Le président Eyraud fait d’une pierre deux coups parce que, quand tu arrives dans le football comme lui, le but du jeu c’est de s’attaquer au plus fort. Or, tout le monde sait que le plus fort c’est Jean-Michel Aulas. Tu vas t’attaquer à Aulas pour te faire les dents, ça plaît aux supporters."

"Eyraud a envie de s'affirmer"

"Tu peux affirmer aussi ton autorité à ce moment-là, pourquoi pas. Quand tu parles de Jean-Michel Aulas aux supporters, à Marseille, ils te disent "On ne le supporte pas, mais on aimerait avoir le même président", ça a toujours été le propos. Le président a envie de s’affirmer, pourquoi pas, mais à ce moment-là de la saison, avec les échéances de l’OM, ce qu’il s’est passé en commission... Je ne sais pas qui a décidé de cette stratégie de défense, mais c’est nul. Rami, qui a juste parlé, a pris comme Lopes. Et à l’arrivée, quand tu sais tout ça, tu te dis que c’est normal. A Lyon, il faut y aller pour gagner la Ligue Europa."

RMC Sport