RMC Sport

OM - Franck Passi : "Rester numéro 1, ça me démange"

Franck Passi

Franck Passi - AFP

EXCLU RMC SPORT - Nommé pour la deuxième fois de la saison entraîneur intérimaire de l’OM, Franck Passi a livré sa première interview exclusive au micro de Larqué Foot sur RMC. L’ancien adjoint de Marcelo Bielsa et Michel évoque notamment son nouveau statut et la finale de Coupe de France à venir contre le PSG.

La succession de Michel, un cadeau empoisonné ?

« Je ne me suis pas posé la question de cette manière-là. On m’a proposé de reprendre le flambeau, de sauver ce qui peut être sauvé et j’ai accepté ça comme un challenge. D’autant plus qu’au bout, il y avait la possibilité de disputer la finale de la Coupe de France. Ensuite il faut rester en Ligue 1, c’est le premier objectif très important. Je n’ai pas du tout hésité avant d’accepter. Ça fait dix ans que je suis dans ce club et il m’a beaucoup donné en tant que joueur et entraîneur. Je l’ai pris comme un devoir de répondre présent si on fait appel à moi. »

Les sept mois sans victoire au Vélodrome

« C’est sûr que c’est problématique. Et la conséquence, c’est d’avoir des tribunes vides à force de ne pas gagner. Mais par contre, si on regarde le film de tous nos matchs nuls depuis le début de la saison, on aurait dû en gagner une partie et compter plus de points. Alors évidemment, toutes les équipes se disent cela mais, chez nous, il y a eu beaucoup d’événements contraires et notamment les expulsions. Il y a dix matchs sur 35 où l’on n’a pas terminé à 11. Donc tout ça a contribué au manque de confiance des joueurs et le vrai challenge aujourd’hui, et jusqu’à la finale, c’est justement de reprendre confiance. »

Rester numéro 1 à la fin de la saison ?

« C’est vrai que ça me démange. J’ai accepté le rôle de numéro 2 et je l’ai rempli de A à Z. Mais je pense aussi pouvoir faire le rôle de numéro 1. Je n’ai pas encore parlé de cette perspective avec mes dirigeants. On verra après la finale ce qui se passera. Le rôle de Basile Boli en tant que coordinateur sportif ? Moi j’ai le rôle du terrain et Basile tient un rôle un peu plus paternaliste avec les joueurs. On essaie, l’un comme l’autre, et avec tout le staff, de faire en sorte que les joueurs reprennent confiance et arrivent prêts le 21 mai pour le Stade de France. »

La finale contre le PSG

« Ce doit être une finale où l’on prend du plaisir. Il faudra se lâcher après notre saison compliquée. Il faudra donner du fil à retordre aux Parisiens qui partiront favoris. Et puis dans ma tête, quelque chose me dit qu’on peut gagner cette finale. On peut s’appuyer sur les deux défaites contre le PSG en championnat, où l’on s’est bien comporté. A chaque fois qu’on a fait face à l’adversité, les joueurs se sont survoltés, donc pourquoi pas lors de cette finale. »

la rédaction avec Larqué Foot