RMC Sport

OM: "Il a fallu jouer avec les supporters contre nous", déplore Garcia

Deux jours après le match nul entre l’OM et Monaco (1-1) dans un Vélodrome en colère, Rudi Garcia est revenu ce mardi sur le contexte ambiant en conférence de presse. En félicitant ses joueurs pour leur combativité.

Si l’OM n’a pas perdu, Rudi Garcia n’a pas passé pour autant la meilleure soirée de sa vie au Vélodrome, dimanche soir, pour la réception de Monaco (1-1). Conspué par le public, qui a appelé à sa démission, le coach marseillais a également vu ses joueurs chahutés une bonne partie de la rencontre, et même après, lorsqu’ils ont voulu aller s’expliquer avec les virages.

Présent en conférence de presse ce mardi, le technicien est revenu sur l’accueil réservé par le public olympien. Tout en regrettant le manque de solidarité, il a salué le visage affiché par ses hommes.

"Avec du soutien lors de la dernière demi-heure..."

"On est plus fort quand on est tous ensemble. Il a fallu jouer avec une partie des supporters contre nous, et pire, qui encourageait Monaco, a-t-il déploré. C'était difficile pour la confiance des joueurs, c'est pour ça que je leur tire mon chapeau. A Jordan (Amavi) en particulier, il a été molesté alors qu'il se donne à fond."

Et d’émettre une interrogation quant au résultat final: "On peut se poser la question de savoir si avec un soutien sans faille lors de la dernière demi-heure, on n’aurait pas eu plus de chance de gagner. […] Mais c’est à nous aussi de remettre le public derrière nous."

Passé quelques minutes plus tôt devant la presse, Amavi avait justement évoqué le traitement des supporters à son encontre. Sans vouloir se plaindre. "Pendant le match, je ne les ai pas du tout entendues (les insultes). Je peux comprendre les supporters... C’est le jeu, c’est comme ça, avait soufflé le défenseur. Je suis là pour l’équipe donc ça ne m’affecte pas. [...] Si ça m’insulte moi personnellement, c’est compréhensible, mais c’est dommage. Mais je peux comprendre leur colère."

Clément Chaillou avec Florent Germain