RMC Sport

OM: le mea-culpa de McCourt qui "commence à comprendre les spécificités de Marseille"

Dans un entretien accordé à l'émission Téléfoot, le propriétaire de l'Olympique de Marseille Frank McCourt reconnait certaines erreurs d'appréciation depuis son arrivée en tant que propriétaire en 2016.

"Je me suis dit qu’il fallait que je vienne plus souvent à Marseille..." Il aura donc fallu une grave crise de résultats et de violents affrontements avec les supporters à la Commanderie pour que Frank McCourt, discret et lointain propriétaire de l’OM, monte en première ligne, à Marseille. Après avoir annoncé la nomination de Pablo Longoria au poste de président à la place du très critiqué Jacques-Henri Eyraud, et celle de Jorge Sampaoli au poste d’entraîneur, l’homme d’affaires américain s’est déplacé cette semaine dans la cité phocéenne pour "calmer les choses" et "reconnecter toutes les composantes de l’OM", selon ses propres termes dans un entretien accordé dimanche à l’émission Téléfoot.

Déjà très bavard mardi sur RMC dans "Top of the foot", il a reconnu sur TF1 que sa vision n’était plus tout à fait la même sur le club olympien. Ainsi, interrogé sur Sampaoli qu’il a rencontré la veille de l’interview, McCourt a qualifié le nouveau coach "d’authentique". "Il sait s’adapter, c’est homme de la situation aujourd’hui pour l’OM, il comprend la ville. Il m’a dit: 'Je ne viens pas en Europe, je viens à Marseille'. Il a compris cette différence, cette spécificité de Marseille que j’ai commencé à comprendre moi aussi, depuis quatre ans."

"Nous avons fait une erreur de mettre un nom à ce projet"

Un aveu suivi d’un autre concernant les ambitions initiales du club en 2016 et le fameux "Champions Project". "Avec le recul, je pense que nous avons fait une erreur de mettre un nom à ce projet. Tout le monde a compris notre ambition et c’est ce qui continue à m’animer et à m’exciter, indique l’Américain, qui rêve toujours de la Ligue des champions. Nous n’avons plus besoin de label, juste de faire le travail."

"Je ne suis pas gêné de dire que j’ai fait des erreurs"

Sur le recrutement, McCourt reconnait aussi que le club doit "être plus créatif": "Nous avons besoin d’être plus intelligent que de juste prendre l’argent et le mettre sur la table. Cela ne suffit pas pour atteindre les objectifs. L’argent ne fait pas tout".

Enfin, le mea culpa est aussi très clair lorsqu’on lui demande s’il ressent un sentiment d’échec. "Je ne suis pas gêné de dire que j’ai fait des erreurs, avoue-t-il. Je les reconnais et je les assume car j’ai appris d’elles." Et McCourt de conclure sur son approche des événements depuis son arrivée à Marseille: "L’expérience m’a rendu plus humble".

AB