RMC Sport

OM: les clubs ont "fait des conneries avec des transferts à 300 millions d'euros", tacle Villas-Boas

Alors que les clubs sont durement frappés par la crise, l'entraîneur de l'OM, André Villas-Boas, espère que cette période permettra une profonde remise en question, après des années de dépenses excessives, notamment sur le marché des transferts.

Et si la crise actuelle, qui touche notamment les clubs français de plein fouet, était l'occasion de repenser le modèle économique du football? De repartir sur un fonctionnement plus sain? C'est visiblement ce qu'espère André Villas-Boas, l'entraîneur de l'OM.

>> Les infos mercato EN DIRECT

Interrogé ce lundi sur une éventuelle baisse des salaires des joueurs, pour aider les clubs à survivre à cette saison noire, le technicien portugais a invité tous les acteurs à la réflexion.

"Malheureusement la crise touche tout le monde. J’espère que ça sera aussi l’occasion pour les clubs de se remettre en cause, parce qu'ils ont - un peu partout - perdu la tête, et ont totalement perdu le contrôle sur le marché des transferts", a taclé le coach.

"C’est peut-être aussi l’opportunité de changer la face du foot"

A deux jours du choc PSG-OM pour le Trophée des champions, AVB a fait comprendre que plusieurs grosses formations européennes ont déréglé ce marché. "On a fait des conneries avec des transferts à 300 millions d’euros et des choses de ce genre, a-t-il poursuivi, sans citer Paris. C’est bien que la pandémie calme tout le monde. La majeure partie des clubs sont endettés, de 300, 400, voire 500 millions d’euros. Et je ne parle pas que de clubs au Portugal, mais du Barça, du Real Madrid… Il faut arrêter là. Donc peut-être que ça va toucher aux employés du jeu, c’est-à-dire aux joueurs et à nous (les entraîneurs, ndlr), mais c’est peut-être aussi l’opportunité de changer la face du foot, de mettre fin à cette dynamique."

Plus globalement, Villas-Boas considère que le foot d'après Covid ne sera plus le même. "Il faudra voir aussi ce qui va se passer en ce qui concerne les compétitions (la super ligue européenne fermée, ndlr), li faudra voir pour le retour des supporters dans les stades et leur réaction. Est-ce qu’ils auront toujours le même intérêt pour le foot? Je ne sais pas, observe-t-il. Il y a beaucoup de questions, je suis curieux."

CC avec FG