RMC Sport

OM: les consignes de la direction aux salariés avec les supporters sur les réseaux sociaux

La direction de l'OM a envoyé ce jeudi aux salariés du club un document leur rappelant les bons comportements à adopter sur les réseaux sociaux. Un document qui a fuité sur Twitter, et qui ne présente pas forcément les supporters sous leur meilleur jour...

Sur le fond, c'est un rappel assez classique des "bonnes manières" sur les réseaux sociaux, surtout en période de crise. Sur la forme, le vocabulaire choisi peut déranger...

En plein conflit avec les groupes de supporters, la direction de l'OM a envoyé ce jeudi aux employés du club un document leur indiquant les bons comportements à adopter sur Twitter, Facebook, Instagram et compagnie... Un document rendu public par le site Ohaime-passion, et qui a agacé, encore un peu plus, certains amoureux du club.

"La seule chose qu'ils veulent, c'est vous voir répondre et échanger des insultes avec vous"

Cette réactualisation de consignes, déjà distribuées par le passé, rappelle premièrement aux salariés de l'OM de faire très attention à ne pas divulguer - même pas inadvertance - des informations stratégiques. Elle leur demande aussi de protéger, logiquement, l'image du club, de respecter un "devoir de confidentialité", et de faire preuve d'une "certaine retenue" sur des sujets tels que la religion ou la politique. Mais c'est sur la troisième partie - comment "interagir avec les supporters" - où le bât blesse.

"Nous vibrons tous pour l'OM", indique le document. Avant que le ton ne se durcisse: "Cette passion peut devenir débordante et les relations avec les fans hors de contrôle. Lorsque vous interagissez avec des fans de l'OM, vous devez essayer d'éviter tout conflit avec eux. Ne répondez pas aux provocations des fans - la seule chose qu'ils veulent, c'est vous voir répondre et échanger des insultes avec vous." Assez réducteur.

Et la direction de décrire la "procédure" à suivre: "Si vous êtes victime de propos injurieux ou de menaces, signalez le compte au réseau social. (...) Assurez-vous de conserver une preuve de l'acte abusif avec la date sur la capture d'écran."

C.C