RMC Sport

OM : les dessous d’une escroquerie

-

- - AFP

L’OM a annoncé ce vendredi avoir été victime d’une escroquerie dite « à la fausse fiscalité ». Si une partie de la somme, évaluée à 700 000 euros, a pu être recouvrée, cette arnaque n’est pas un cas isolé et touche de nombreuses autres entreprises françaises. Les clubs de football professionnels sont notamment visés.

Par un communiqué de quelques lignes, l’Olympique de Marseille a annoncé ce vendredi avoir été victime d’une escroquerie dite « à la fausse fiscalité ». Un vol, estimé dans le cas du club phocéen à environ 700 000 euros, qui a déjà touché de nombreuses entreprises françaises. Certaines, comme Michelin, qui a subi un préjudice de 1,6 millions d'euros et qui avait été flouée par une personne se présentant comme le directeur financier de l'un de ses fournisseurs, ont décidé de le faire savoir et de communiquer en toute transparence. Mais la plupart des sociétés préfèrent rester discrètes sur ce sujet.

Ces arnaques aux virements bancaires, qui atterrissent majoritairement sur des comptes en Chine, représenteraient pourtant plus de 300 millions d'euros de préjudice et 700 procédures auraient été comptabilisées par les services d'enquête français. De nombreuses escroqueries datent de 2014. Celle de l'OM, qui a pu récupérer une partie de la somme volée, a eu lieu l’été dernier, avec un dépôt de plainte à l'automne. Selon nos informations, la Ligue de football professionnel a même alerté les clubs sur ces escroqueries, ce qui a permis de déjouer d’autres tentatives orchestrées par des personnes se faisant passer pour… des membres de la DNCG !

Une escroquerie parfaitement rôdée

L'escroquerie est bien rôdée. En plus des logiciels malveillants permettant de récolter des informations comptables de l'entreprise, les malfaiteurs peuvent aussi se faire passer pour des techniciens bancaires ou des dirigeants de la société exigeant un virement express et confidentiel.

Mais le sujet dépasse largement le cadre du football. L'usine Selestram, délestée de plus de 17 millions d'euros, la société d’audit financier KPMG, escroquée d'environ sept millions, le cabinet d'avocat de Christine Lagarde ou encore de nombreuses sociétés du Cac 40 ont été escroquées. Les entreprises françaises sont même les plus touchées au monde.

F.Ge