RMC Sport

OM: Milik aurait un accord verbal pour retourner en Italie l'été prochain

Selon les informations de l'Equipe et de Sky Italia, Arkadiusz Milik aurait un accord verbal avec les dirigeants de l'OM pour quitter le cluib phocéen l'été prochain, en cas d'offre d'un club de Serie A supérieure à 12 millions d'euros.

Arrivé à l'OM lors du mercato hivernal en provenance de Naples pour un prêt de 18 mois avec option d'achat, Arkadiusz Milik pourrait finalement repartir plus tôt que prévu. C'est ce qu'annonce L'Equipe ce dimanche, confirmant les informations de Sky Italia. Ces derniers jours, le média italien indiquait l'existence d'une clause libératoire de 12 millions d'euros pour l'attaquant polonais.

Une offre de 12 millions d'un club de Serie A pour partir?

Problème: la Ligue de football professionnel (LFP) ne reconnaît pas l'existence d'une telle clause. Selon L'Equipe, il s'agirait en fait d'un accord verbal, un "gentlemen's agreement". L'OM aurait donc donné sa parole pour laisser partir Milik l'été prochain si une offre de 12 millions d'euros, en provenance d'un club italien, parvient sur la table. Dans cette situation, l'international polonais aurait la possibilité de casser son contrat avec l'OM et de quitter la Ligue 1 après six mois.

En principe, Milik devra être au préalable définitivement un joueur phocéen l'été prochain. L'option d'achat devrait être levée par l'OM à l'issue de la saison. Mais celui qui est prêté par Naples aurait donc un accord verbal avec les dirigeants olympiens pour s'engager dans le championnat italien l'été prochain si une offre suffisante est soumise. Un risque donc de le voir s'envoler après quelques matchs sous les couleurs phocéennes, d'autant plus s'il enchaîne les bonnes performances d'ici-là.

Buteur lors de sa première titularisation avec l'OM, Arkadiusz Milik a soigné ces dernières semaines une blessure à la cuisse. Il est en tout cas de retour et dans le groupe ce dimanche (21h) pour le choc des Olympiques face à l'OL. Actuel 7e de Ligue 1, l'équipe phocéenne doit s'imposer pour rester au contact de la lutte pour les places européennes.

GL