RMC Sport

OM-Monaco : Marseille assume le style Bielsa

Giannelli Imbula à la lutte avec Bernardo Silva

Giannelli Imbula à la lutte avec Bernardo Silva - AFP

Malgré un manque de rigueur et un goût trop prononcé pour le risque, l’OM n’a pas tant de regret que ça sur son jeu à l’heure de défier l’AS Monaco, dans un choc de la 36e journée de L1 décisif pour la qualification en Ligue des champions. Un adversaire à la philosophie radicalement opposée à celle des Phocéens.

Marseille-Monaco, c’est un duel pour l’Europe mais c’est aussi Marcelo Bielsa face à Leonardo Jardim. Une véritable opposition de styles entre les deux grands absents de la liste des nominés pour le trophée du meilleur entraîneur de Ligue 1. A l’Argentin le goût du risque et de l’audace parfois incompréhensible. Au Portugais la rigueur défensive et la discipline. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : au classement des meilleures attaques, l’OM, troisième, compte 20 buts de plus que Monaco.

Du côté des défenses les moins perméables du championnat, en revanche, l’ASM trône en tête avec 24 buts encaissés et peut narguer son adversaire phocéen, qui a concédé 17 buts de plus après 35 journées. « C’est vrai qu’il y a une différence de styles, mais j’ai beaucoup d’estime pour la manière dont Jardim a réussi à faire jouer son équipe, juge Marcelo Bielsa. Monaco est une équipe dont la spécialité est de bien défendre, c’est sa réussite. Dans les autres secteurs de jeu, cette équipe est également performante. C’est ce qui lui a permis d’arriver là où elle a été dans toutes les compétitions. »

Ayew : « On s’est régalé »

Cette rigueur chère au technicien portugais, l’Olympique de Marseille en a cruellement manquée au pire moment de la saison, chutant de la première à la quatrième place en cinq mois. De quoi laisser des regrets ? « Non pas du tout parce qu’on s’est régalé, répond André Ayew. C’est vrai qu’on a peut-être perdu des points à la fin parce qu’on a suivi nos convictions. On va vers l’avant, on essaie de marquer le maximum de buts, on a pris du plaisir. »

L’OM, qui s’est incliné au stade Louis II au match aller (1-0), assume donc son style même si… « Parfois, certains d’entre nous aurions dû gérer les choses autrement, concède le Ghanéen. Mais tout ça fait partie de l’apprentissage. Maintenant, il nous reste une chose très importante : gagner les trois derniers matches. » Et qu’importe si c’est « à la monégasque ».

A.B. avec F.G., à Marseille