RMC Sport

OM-Nice: Marseille relancé par ses seconds couteaux, après une énorme frayeur finale

Privé de nombreux "cadres" offensifs au coup d'envoi, l'OM est tout de même parvenu à battre une équipe de Nice diminuée ce mercredi soir en Ligue 1 (3-2), et décrocher ainsi son premier succès en championnat depuis plus d'un mois. Luis Henrique, passeur décisif, et Saïf-Eddine Khaoui, auteur d'un doublé, ont été très intéressants.

La sortie de crise est encore loin, les chantiers sont nombreux et complexes, le fossé entre direction et supporters plus large que jamais, mais après son match contre Nice ce mercredi soir, l’OM ne va pas plus mal. Incapable de gagner la moindre rencontre en championnat depuis le 6 janvier (4 défaites, 3 nuls), le club phocéen a profité de la réception de son voisin sudiste en match en retard de la 11e journée pour enfin mettre un terme à sa série noire et repartir de l'avant (3-2).

Dans une Ligue 1 où le peloton avance au ralenti, l'opération comptable est d'ailleurs intéressante puisque Marseille - qui compte toujours un match en moins que la plupart de ses concurrents - a gagné trois places, pour remonter au 6e rang, à une longueur seulement de Rennes.

Henrique et Khaoui ont marqué des points, Dieng n'a pas démérité

L'OM s'est imposé, et l'OM l'a fait avec un paquet d'absents: Balerdi et Benedetto étaient suspendus, Lirola, Ntcham et Milik non qualifiés, tandis qu'Amavi, Rongier et Thauvin, visiblement diminués, sont restés sur le banc au coup d'envoi. Comme Germain, qui lui n'était assurément pas souffrant... Du coup, Nasser Larguet en a profité pour offrir à Saif-Eddine Khaoui sa première titularisation en L1 depuis une éternité, et aux jeunes Luis Henrique et Bamba Dieng leur première titularisation tout court dans l'élite. Tous ont été intéressants.

Après l'ouverture du score d'Alvaro Gonzalez, auteur d'un tir réflexe sur un centre repoussé (1-0, 14e), c'est une passe en retrait de Luis Henrique - consécutif à une très jolie combinaison avec Payet - qui a permis à Khaoui de creuser l'écart (2-0, 42e). Un Khaoui mobile, très juste techniquement, qui s'est offert le luxe d'un doublé en seconde période (3-1, 54e), encore avec sa patte gauche, et encore avec Payet à l'origine de l'action.

Nice a failli recoller...

Comme souvent avec une équipe en total manque de confiance, l'OM s'est tout de même fait peur au retour des vestiaires lorsque Gouiri a réduit la marque sur un centre de Boudaoui (2-1, 47e), puis encore lorsque Sellouki a porté le score à 3-2 (87e). Sur un ultime coup franc au bout du bout du temps additionnel, Gouiri a d'ailleurs trouvé le poteau de Mandanda... Mais la pièce a basculé du bon côté pour les Marseillais.

Il faut dire que Nice s'est réveillé (trop) tard dans la partie. Privé de Dante, Reine-Adelaïde, mais aussi de Lotomba, Dolberg, Atal, Danilo Barbosa, Saliba, Todibo et Maolida, ce qui explique sûrement la domination olympienne, le Gym a longtemps eu des difficultés à exister, à remonter le ballon. Après 25 matchs disputés, le club azuréen est toujours scotché à la 14e place. Comme quoi le projet marseillais n'est pas le seul à battre de l'aile.

https://twitter.com/clementchaillou Clément Chaillou Journaliste RMC Sport