RMC Sport

OM-PSG: Alvaro et Neymar, déjà une longue histoire

Cinq mois après les incidents du match aller, marqué par des accusations de racisme, Alvaro Gonzalez et Neymar se retrouveront ce dimanche soir en Ligue 1 pour le 100e Classique de l'histoire entre l'OM et le PSG (21h). Dans un contexte très tendu.

Ce sera l'un des matchs dans le match. Sans doute le plus observé. Sans doute le plus chaud, aussi. S’il est remis de sa gastro-entérite, Neymar retrouvera ce dimanche soir son nouvel ennemi préféré, Alvaro Gonzalez, à l’occasion du 100e Classique de l’histoire entre l’OM et le PSG (21h), en clôture de la 24e journée de Ligue 1. Les rapports entre les deux hommes sont très chauds depuis le match aller remporté par les Marseillais (1-0) le 13 septembre au Parc des Princes. Les images de leur clash sont encore dans toutes les têtes. L’attaquant brésilien (29 ans) et le défenseur central espagnol (31 ans), qui s’étaient déjà croisés par le passé sur les pelouses de Liga, avaient passé leur temps à s’embrouiller.

Accusations de racisme lors du match aller

Comme Layvin Kurzawa, Jordan Amavi, Dario Benedetto et Leandro Paredes, Neymar avait été exclu dans le temps additionnel après une dernière mêlée générale. Après la rencontre, remonté comme rarement, l’ancien Barcelonais avait accusé Alvaro d’avoir tenu des propos racistes à son encontre. La star brésilienne avait été accusée de son côté d’avoir eu des propos homophobes et racistes envers Alvaro, mais aussi contre Hiroki Sakai. Finalement, ni Neymar ni Alvaro n’avaient été sanctionnés par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel. Elle avait constaté une "absence de fiabilité" du rapport d'expertise et une absence de "corrélation" entre les auditions des joueurs et les conclusions du rapport.

"La commission constate qu'elle ne dispose pas d'éléments suffisamment probants lui permettant d'établir la matérialité des faits de propos à caractère discriminatoire", avait alors expliqué la Ligue, insistant également sur les "doutes" nés de la fiabilité des techniques d'expertise labiale. Les conclusions étaient considérées comme "trop aléatoires" pour sanctionner les joueurs. La fin de l’histoire ? Pas vraiment. Lors de leurs retrouvailles le 13 janvier à Lens, pour le Trophée des champions gagné par les Parisiens (2-1), Alvaro n’avait pas pu s’empêcher de commettre une faute grossière sur Neymar.

Une nuit de clashs sur les réseaux sociaux

Ils avaient dû attendre le dernier tiers du match pour se défier, car le Brésilien, de retour de blessure, avait été laissé sur le banc au coup d'envoi par Mauricio Pochettino. A peine entré, il avait vite pris des coups et s’était retrouvé au sol à la 70e après une charge du défenseur espagnol. Ce dernier avait ensuite écopé d'un carton jaune pour lui avoir attrapé le visage en pleine course. Il avait même frôlé l'exclusion neuf minutes plus tard pour un nouveau tampon sur le numéro 10. Après le titre du PSG, Neymar a adressé un petit message à Alvaro sur les réseaux sociaux. Comme une réponse à leur premier duel de septembre. "Le roi, n'est-ce pas Alvaro?", avait-il lâché. Trois petits mots qui en disaient long sur son esprit de revanche.

Alvaro avait aussitôt répliqué: "Mes parents m'ont toujours appris à sortir les poubelles. Allez l'OM, toujours". Réponse de Neymar : "Et il a oublié comment on gagne des titres". Un échange façon cour de récréation pour une guéguerre de plus en plus ridicule. Deux jours plus tard, Alvaro avait remis une pièce dans la machine à clash en envoyant une vidéo à l'émission espagnole El Chiringuito dans laquelle il s'en prenait de nouveau à Neymar: "Comme vous avez vu, les provocations ont continué. Au final, chacun de son côté en a remis une couche après le match. Après la remise du trophée, il a poursuivi son chemin jusqu'à la provocation. Je suis resté calme. Avec une personne beaucoup moins intelligente que toi, c'est très facile de la dépasser dans de nombreux domaines de la vie."

C'est avec cet historique en tête que Neymar et Alvaro vont donc se retrouver dans un Vélodrome à huis clos pour une affiche très attendue entre des Marseillais qui veulent sortir de la crise et des Parisiens en quête de revanche, après le match aller.

RR