RMC Sport

Perrin, Ghezzal, Tolisso : les tops et les flops de Lyon-Nantes

Tenu en échec dimanche dernier à Rennes après avoir mené 2-0, l’Olympique Lyonnais s’est cette fois imposé avec caractère mais sans convaincre devant Nantes au Parc OL (2-0), grâce notamment à son « baby Gone » Gaëtan Perrin et à un bon Rachid Ghezzal. Lyon revient provisoirement à trois points de Monaco (2e). Voici les tops et les flops d’OL-Nantes.

LES TOPS

Gaëtan Perrin

Il est évidemment la belle surprise de la victoire de Lyon face à Nantes. Gaëtan Perrin, 19 ans et seulement 22 minutes de jeu en Ligue 1 avant ce match, permet à l’OL de s’imposer et de revenir provisoirement à trois points de Monaco, dauphin du PSG qui se présentera au Parc des Princes ce dimanche. La Ligue de Champions est donc encore d’actualité grâce à un pur produit du centre de formation de Tola Vologe. Perrin, qui dispute en effet sa 11ème saison à Lyon, a signé son premier contrat pro le 21 janvier dernier. Il se rappellera longtemps de son premier but dans l’élite dans un Parc OL en fusion.

Rachid Ghezzal

Il était le premier choix fort de Bruno Génésio lors de sa nomination, qui avait choisi d’en faire un titulaire indiscutable. Rachid Ghezzal a encore une fois été décisif en déposant un centre millimétré sur la tête de Gaëtan Perrin sur l’ouverture du score lyonnaise. Jamais résigné, après avoir pourtant touché la barre transversale en première mi-temps, « Rachon » a délivré sa 6ème passe décisive de la saison, pour cinq buts, dont deux lors des deux précédentes sorties rhodaniennes.

La défense nantaise… pendant 83 minutes

Michel Der Zakarian peut être fier, il est à la tête de l’équipe de Ligue 1 qui a tenu le plus de temps sans prendre de but au Parc OL. Il aura ainsi fallu attendre la 83e minute avant que Rémy Riou ne s’incline. Et c’est une sacrée performance pour la défense nantaise, troisième de l’élite (30 buts pris en 31 matchs), derrière le PSG (15) et Lille (24) dans ce secteur, quand on sait que Lyon avait inscrit 19 buts en six matchs disputés dans son nouvel écrin, dont cinq lors de sa dernière sortie face à Guingamp il y a deux semaines.

LES FLOPS

Le spectacle

L’Olympique Lyonnais s’était décidément habitué à faire le show le dimanche soir à 21h. Diffusé quatre fois d’affilée en clôture de journée, dont trois prestations offensives de choix face devant Paris, Guingamp et Rennes, l’OL a dû s’en remettre à un but de la tête du « baby Gone » Gaëtan Perrin, et à un penalty généreusement accordé par Mr Millot, pour s’imposer sur le fil. Avant cela, les Rhodaniens n’avaient cadré que deux frappes !

Le milieu de terrain lyonnais

Très en vue notamment face à Paris et contre Guingamp, le milieu de terrain lyonnais a souffert face au système défensif proposé par Nantes. Sergi Darder, étincelant dernièrement, n’a que très peu surnagé, de même que Maxime Gonalons qui s’est contenté de récupérer des ballons devant sa défense. Peu de relais avec les ailiers Ghezzal et Cornet, lesquels n’ont pu être mis en valeur que sur des actions solitaires. D’ailleurs, Lyon a débloqué la situation après la sortie de Darder au profit de Gaëtan Perrin.

Corentin Tolisso

De retour dans le onze de départ lyonnais en lieu et place de Jordan Ferri, Corentin Tolisso ne s’est que très peu mis en valeur face à Nantes, à l’image du trident rhodanien au milieu, manquant certainement de jus pour son deuxième match de reprise seulement. Le relayeur olympien a même loupé une belle occasion en première mi-temps, en croisant trop sa frappe sur un centre en retrait de Maxwell Cornet (34e). Trop emprunté, il a d’ailleurs logiquement cédé sa place à Ferri peu après l’heure de jeu.

Damien Chédeville