RMC Sport

Polémique sur l'arbitrage, Rennes: Ruello parle "des pressions indirectes" d’Aulas

-

- - -

Après les accusations de Vadim Vasilyev, dénonçant une méthode Aulas pour influencer l’arbitrage, le président René Ruello nous a confié être globalement d’accord avec le vice-président monégasque, sans pour autant mettre en doute l’intégrité du corps arbitral.

Vadim Vasilyev a frappé fort après la défaite de Monaco contre Lyon ce dimanche (1-3). Le vice-président monégasque a crié au complot, dénonçant un arbitrage pro-Lyonnais en Ligue 1 tout en assurant que son avis était partagé par d’autres présidents. Joint par RMC Sport, René Ruello, le président rennais, s’est montré plus mesuré, tout confirmant l’impression générale d’un certain favoritisme.

>> Vasilyev réclame "une investigation" contre l'arbitrage pro-lyonnais

« Je ne pense pas que ce soit une vraie méthode, analyse-t-il. Les arbitres pour moi sont des gens intègres. J’en suis intimement convaincu. C’est compliqué d’arbitrer et je comprends qu’ils ne puissent pas tout voir. Mais à force d’intervenir et de mettre la pression, c’est vrai que Jean-Michel Aulas peut avoir une influence sur les arbitres, sans même qu’ils en aient conscience, c’est ça que je veux dire. L’arbitre ne va pas délibérément favoriser Lyon, je ne le crois pas. Par contre, qu’ils le fassent sans même s’en rendre compte, ça ne me surprend pas. »

>> Arbitrage Monaco-Lyon: Vasilyev répond à la menace d’Aulas

Ruello : « Vadim n’a pas tort »

Pour Ruello, l’OL récolterait donc les fruits du travail de sape de Jean-Michel Aulas. Et sans parler de tricherie, il donne plutôt raison à Vasilyev. « C’est tellement compliqué et difficile d’arbitrer qu’il est possible qu’ils aient ce réflexe inconscient de protection vis-à-vis des Lyonnais. La question peut être posée. (…) Sur l’ensemble des présidents on est plutôt sur la même ligne en ce qui concerne la pression qui peuvent être faites sur les arbitres. Je le répète, qui n’est pas une pression directe, Aulas, ne va pas voir l’arbitre directement. Il n’a pas tort de le dénoncer Vadim. Entre nous, c’est un sujet qui vient dans la conversation comme d’autres sujets. On dit en rigolant qu’on aura l’arbitrage contre nous quand on va à Lyon, on n'en fait pas un sujet particulier. Quand il y en a un qui ouvre le débat, on est d’accord. On ne peut pas ne pas être d’accord, ce sont des faits. »

>> Arbitrage Monaco-Lyon: Vasilyev répond à la menace d’Aulas

La rédaction avec MBo.