RMC Sport

Pourquoi Bordeaux ne se sépare pas de Gourvennec

Jocelyn Gourvennec

Jocelyn Gourvennec - AFP

Les Girondins de Bordeaux ont enchaîné une troisième défaite consécutive ce mardi à Toulouse (0-2) en Coupe de la Ligue. Mais malgré la série d'une victoire sur les onze derniers matchs, l'entraîneur Jocelyn Gourvennec n'est pas menacé.

Son vestiaire le soutient toujours

Malgré la série catastrophique en cours (une victoire lors des onze derniers matchs toutes compétitions confondues), Jocelyn Gourvennec garde le soutien de la majorité des joueurs du vestiaire bordelais. Les cadres comme Jaroslav Plasil, Jérémy Toulalan et Benoît Costil, malgré son arrivée récente, continuent de louer la franchise de leur entraineur. Les joueurs ne veulent pas lâcher le staff malgré la pression des supporters et pensent toujours que l’ancien entraineur de Guingamp est l’homme de la situation. Avant la rencontre face à l’OM le 19 novembre dernier, les joueurs avaient invité le staff technique lors d’un repas organisé entre eux pour montrer leur cohésion et leur dévouement. Depuis, Bordeaux a perdu quatre de ses cinq derniers matchs, mais Gourvennec veut "continuer de se battre pour ses joueurs".

A lire aussi >> Gourvennec, après la nouvelle défaite de Bordeaux: "On posera les choses à la trêve"

Il garde la confiance des dirigeants

L’enchainement de défaites aurait fait réagir beaucoup de dirigeants de clubs. A Bordeaux, on a tout de suite décidé de protéger Jocelyn Gourvennec. "Ce n’est pas la bonne cible", confiait Stéphane Martin après la défaite contre Strasbourg il y a quelques jours. Le nouveau président bordelais a tissé une vraie relation de confiance avec son entraineur. Les deux hommes s’estiment beaucoup et Martin croit Gourvennec capable de retourner la situation. Nicolas De Tavernost, le président du directoire de M6, est moins monté au front pour protéger son staff, mais il continue de faire confiance à son entraîneur même si la défaite en Coupe de la Ligue contre Toulouse (0-2) ce mardi (la finale se jouera au Matmut Atlantique cette année) a été mal vécue en interne. Un point sera fait à la trêve entre les deux parties mais depuis l'arrivée de Gourvennec, les dirigeants ont cédé a quasiment toutes ses sur le plan sportif. Se séparer de lui serait un véritable échec.

A lire aussi >> Bordeaux: Martin "convaincu que Gourvennec fait du bon travail"

Un licenciement qui coûte cher

Suite à la qualification européenne et la deuxième partie de saison canon des Girondins, Jocelyn Gourvennec et ses deux adjoints (Eric Blahic et Kévin Plantet) ont été prolongés jusqu’en 2020. Il reste donc à l’ancien milieu de terrain de Nantes encore plus de 2 ans de contrat. Licencier Gourvennec pourrait coûter entre cinq et six millions d’euros. Une addition salée surtout pour un club qui a besoin de se renforcer lors du prochain mercato hivernal. Si les Girondins grappillent des points à Nice et lors du dernier match à domicile contre Montpellier, Gourvennec devrait rester l’entraineur de Bordeaux et la priorité serait axée sur l’arrivée d’un défenseur central et d’un buteur depuis la blessure d’Alexandre Mendy (ligaments croisés). Les deux dernières rencontres s’annoncent décisives pour l’avenir de Gourvennec et la suite de la saison de Bordeaux.

A lire aussi >> Bordeaux: Gourvennec "assez inquiet" pour le genou d'Alexandre Mendy

Mais... la fracture avec les ultras est réelle

On aurait pu s’attendre à ce qu’ils débarquent en masse, c’est finalement… une dizaine d’ultras bordelais qui est venue manifester son mécontentement au Haillan lors de l’entrainement ouvert au public ce merdredi. Ils ont tenté d’accrocher une banderole "Gourvennec démission" mais les conditions météos épouvantables et les bâches protégeant le terrain ont finalement eu raison d’eux. Si Jocelyn Gourvennec conserve de nombreux soutiens au club, la fracture avec les Ultras est bien réelle.

A lire aussi >> Bordeaux: les ultras ont encore réclamé la démission de Gourvennec au président

VIDEO. Débat enflammé entre Duga et Leboeuf sur Bordeaux

N.Pao