RMC Sport

Pourquoi la rétrogradation provisoire de Bordeaux en Ligue 2 n'est pas alarmante

Comme attendu, la DNCG a prononcé ce vendredi une rétrogradation, à titre provisoire, de Bordeaux en Ligue 2. Gérard Lopez, qui prendra définitivement la tête du club à l'issue du closing le 12 juillet prochain, passera à cette date une nouvelle audition pour permettre aux Girondins de rester en Ligue 1.

Sans surprise, la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) a annoncé ce vendredi la rétrogradation administrative des Girondins de Bordeaux en Ligue 2, suite au désengagement de King Street. Rien d'alarmant pour autant. Le club va faire appel de la décision.

Le 12 juillet, date de la fin du closing de la vente et donc de la passation de pouvoir entre King Street et Gérard Lopez, le nouveau propriétaire sera de nouveau auditionné par la DNCG pour permettre aux Girondins de rester en Ligue 1. Lopez est venu présenter son projet ce vendredi matin devant le gendarme financier du foot français.

Une audition le 12 juillet

Une audition qui s'est bien passée et durant laquelle aucune voix ne s'est élevée contre le projet de Gérard Lopez. Le 12 juillet, ce dernier devra apporter les différentes garanties financières présentées ce vendredi pour assurer l'avenir du club dans l'élite du football français.

"Le FC Girondins de Bordeaux a bon espoir que le projet de reprise présenté à la DNCG, pour lequel aucune contestation majeure n'a été élevée concernant la couverture du besoin de financement exigée, permette de lever cette sanction et son maintien en Ligue 1", a réagi le club dans un communiqué ce vendredi.

En l'état, Bordeaux n'est pas le seul club de Ligue 1 à avoir été rétrogradé en Ligue 2. La DNCG a prononcé la même sanction à l'encontre d'Angers, qui ne montre pas d'inquiétude pour autant et va faire aussi appel de cette décision. L'OM et le FC Nantes connaissent eux un encadrement de leur masse salariale, avec une interdiction de recrutement pronononcée pour les Canaris.

GL avec Nicolas Paolorsi