RMC Sport

PSG: Ben Arfa sera "le Neymar de la CFA" ou joker en Ligue 1

Me Jean-Jacques Bertrand, l’avocat du Parisien Hatem Ben Arfa, a défendu la position de son client au micro de Team Duga ce lundi sur RMC. L’ancien Niçois entend respecter son contrat ou négocier son départ avec son employeur.

Tenu à l’écart du groupe pro, envoyé avec l’équipe réserve et non inscrit sur la liste des joueurs qui disputeront la première phase de la Ligue des champions, Hatem Ben Arfa ne semble plus avoir d’avenir au PSG, où il lui reste un an de contrat. "Il y a pire comme situation, il faut relativiser", note tout de même son avocat Me Jean-Jacques Bertrand, invité à s’exprimer au micro de Team Duga.

A lire aussi >> PSG: selon son avocat, Ben Arfa a dit "une boutade" à l’émir du Qatar

"Des mesures qui ne respectent pas la charte des joueurs"

Me Bertrand s’insurge contre le traitement réservé à son client: "Il n'a commis aucun manquement depuis ses débuts au club. Aujourd'hui, on l'écarte encore plus brutalement par des mesures qui sont, pour moi, irrespectueuses à l'égard du joueur - qui est lui respectueux de son club - et qui en plus ne respectent pas la charte des joueurs professionnels." Si certains ne comprennent pas la volonté de Ben Arfa de s’accrocher, son avocat rappelle "l’amour viscéral qu’a Hatem pour ce club".

A lire aussi >> PSG: selon son avocat, Ben Arfa a dit "une boutade" à l’émir du Qatar

"Hatem attend qu'on s'assoit et qu'on négocie"

Le clan Ben Arfa campe sur ses positions: si Paris veut voir le joueur partir, il faut négocier. "Quand on ne veut plus d'un entraîneur, que fait-on? On s'assoit autour d'une table et on négocie. Là, il n'y a rien eu du tout. Le club a mis des questions de principe. Hatem attend simplement, pour quitter ce club, qu'on s'assoit et qu'on négocie quelque chose", explique Jean-Jacques Bertrand.

"Ce sera peut-être le Neymar de la CFA..."

Hatem Ben Arfa ne compte donc pas céder, quitter à jouer avec la réserve. "Ce sera peut-être le Neymar de la CFA, j'espère en tout cas. On ne peut pas reprocher à un joueur d'avoir des questions de principe et de vouloir respecter son contrat. On a tellement vu, y compris dans ce club, des joueurs qui ne veulent pas respecter leur contrat être rappelés à l'ordre. Pour une fois qu'on a le cas contraire, on voudrait que le joueur s'assoit sur les obligations du club à son égard..."

"Hatem peut encore être un joker dans un club français"

D’après Me Bertrand, ce n’est que le 31 août que les dirigeants parisiens ont signifié à Hatem Ben Arfa qu’il devait vite se trouver un autre club. "Un jour, j'ai vu M. Henrique (Antero Henrique, directeur sportif du PSG, ndlr) qui m'a dit que Saint-Etienne était intéressé et personne n'en n'a parlé. Même nous, nous n'étions jamais au courant puisque lorsqu'un club était intéressé, on lui disait systématiquement de contacter le PSG... On n'avait aucun retour", assure-t-il.

Depuis la fermeture du mercato, l’avocat n’a "aucun contact" avec quelconque club intéressé. Nice s’est manifesté en août, mais la piste n’a pas abouti. "Réglementairement, Hatem peut encore être un joker dans un club français", rappelle Me Bertrand. Mais avant, le PSG va devoir négocier: "En face, on fait comme si Hatem n'avait pas de contrat: tu pars, t'as rien et on ne demande rien. Nous, on ne fait pas les choses de cette manière."

A lire aussi >> Le PSG prive Ben Arfa de Ligue des champions

N.B