RMC Sport

PSG: "Le groupe est préoccupé" après les home-jacking, selon Pochettino

Si le PSG a fait un faux pas important dans la course au titre en Ligue 1 ce dimanche en s’inclinant face à Nantes (1-2), la soirée a surtout été marquée dans les rangs parisiens par les home-jacking aux domiciles d’Angel Di Maria et des parents de Marquinhos.

Sale soirée pour le PSG. Battu par Nantes au Parc des Princes ce dimanche soir, en clôture de la 29e journée de Ligue 1, le club parisien a perdu l’occasion de reprendre la tête du classement et se retrouve à trois points du LOSC (1er), à la deuxième place, avec le même nombre de points (60) que l’OL (3e) mais une meilleure différence de buts. Mais ce faux pas dans la course au titre est éclipsé par les problèmes personnels subis par deux cadres de l’effectif, Angel Di Maria et Marquinhos. Selon des sources au sein du PSG, des home-jacking "violents" se sont produits au domicile de l’Argentin, en présence de sa famille, et chez les parents du capitaine brésilien, avec séquestration.

Forcément, après la défaite face à Nantes, Mauricio Pochettino n’a pas "secoué" ses joueurs. "Non, parce qu’il y a des situations extra-sportives auxquelles nous devons être attentifs, a répondu l’entraîneur argentin à une question sur un possible discours musclé de sa part dans le vestiaire. Les joueurs sont les premiers à être déçus d’avoir perdu les trois points, nous aussi. Mais il y a la situation que vous connaissez. Le groupe est préoccupé. Non seulement pour la défaite, mais pour d’autres choses dont vous avez déjà la connaissance."

"Ce n’est pas une excuse mais il y a eu une baisse d’énergie, qui n’était pas 'normale', a ajouté Mauricio Pochettino à propos de ce contexte difficile. On a parlé avec les joueurs (après le match) mais pas de ce qu’il s’est passé footballistiquement. On aura le temps d’en parler demain."

Pochettino: "On a raté une bonne opportunité"

Mauricio Pochettino a quand même lui-même analysé la mauvaise performance parisienne face à Nantes. "En première période, on était bien, on contrôlait, on a même une occasion de marquer le deuxième, a souligné l’entraîneur du PSG. Mais après l’égalisation, l'équipe a souffert, dans un match ouvert, physique. On a un peu trop reculé et c'est vrai qu'on n'a pas été suffisamment costaud pour accrocher ce match-là. On a raté une bonne opportunité de prendre la tête, ça rend la tâche plus difficile, mais il reste beaucoup de matchs." Les trois prochains vaudront très cher. Avec un déplacement à Lyon (21 mars, 30e journée de Ligue 1), entre les deux réceptions de Lille (le 17 mars en 8es de finale de la Coupe de France et le 3 avril pour la 31e journée de Ligue 1).

LP avec TM et LT