RMC Sport

PSG : mais que fait vraiment le magnétiseur de Ben Arfa ?

Hatem Ben Arfa

Hatem Ben Arfa - AFP

Devenu indispensable au bien-être d’Hatem Ben Arfa, le magnétiseur Pierre Maroselli s’occupe aussi d’autres sportifs et footballeurs à travers l’Europe. Ricardo Faty, qui joue actuellement à Bursaspor (Turquie), en fait partie. Il décrypte, au micro de RMC Sport, les principes et les bienfaits de sa méthode.

Un apport physique et psychologique

« Il t’aide vraiment. J’ai senti une différence, je me sentais mieux au quotidien. J’avais un suivi personnalisé. Ça se passait bien, j’avais de bonnes sensations. Il m’a aidé à revenir dans le coup au niveau physique. C’est aussi un échange. C'est quelqu’un de posé, tranquille. Il y a un échange qui se met en place pendant les séances et ça peut aider psychologiquement. Après, tu le sens ou tu ne le sens pas. »

A lire aussi >> Ligue 1 - PSG : Ben Arfa encore écarté du groupe face à Toulouse 

Une séance type

« En général, on partait dans une chambre d’hôtel ou on allait même chez moi. On discutait de la semaine ou du mois qui s’était écoulé. Après on s’allonge, la machine fait un petit check-up. Avec, il réussit à ressentir ton état de stress et tout ça. Les séances peuvent durer trente minutes comme deux heures, ça dépend de ton état et de ta condition physique. »

A lire aussi >> PSG – Emery à Ben Arfa : "Hatem, tu n’es pas Messi" 

L’apport de cette thérapie

« Il y aura des choses que l’ostéopathe pourra te faire au niveau de tes articulations, au niveau de ton corps, des choses que la kinésithérapie peut te faire aussi pour la préparation des matches, avant ou après. Après, il y a des choses que Pierre peut te faire au quotidien par rapport à ta vie privée, par rapport à tes sensations, à comment tu te sens. Des fois, tu te sens bien physiquement, mais tu n’arrives pas à avancer sur le terrain, peut-être que Pierre peut remédier à ça. C’est complémentaire. Je n’aime pas quand les gens parlent de médecine alternative, parce que ça veut dire que c’est soit l’un, soit l’autre. Non, c’est complémentaire. Tout peut être géré harmonieusement. »

Tout sauf un gourou

« Non, ce n’est pas du tout ça. Ceux qui disent ça, ce sont ceux qui sont plus adeptes des médecines "normales". Ce ne sont pas des médecines alternatives mais plus complémentaires. Il y a d’autres sortes de médecines qui entrent en ligne de compte. Après, tu y crois ou tu n’y crois pas, mais parler de gourou, c’est assez grossier et ce n’est pas du tout ça. »

Un vrai professionnel

« C’est vraiment quelqu’un de très discret, qui fait son travail, qui pense avant tout à la santé du joueur. L’ayant connu à Ajaccio pendant deux ans, je peux confirmer qu’on a fait du bon boulot ensemble. »

Son apport à Ben Arfa

« Pierre, c’est aussi une personne calme, posée, qui réfléchit beaucoup, qui est très psychologue. Peut-être qu’Hatem, ça a dû l’assagir et lui faire comprendre certaines choses. Au-delà de sa thérapie, peut être que le fait de rencontrer Pierre lui a permis d’avoir une autre vision des choses et de mieux gérer les évènements. Parce qu’on sait tous qu’Hatem dans le football, c’est et ça restera une personne à part. Ça ne restera pas un joueur commun. »

Des mentalités difficiles à changer

« En France, on a déjà un esprit plus fermé par rapport aux autres pays européens, voire dans le monde par rapport à ce genre de choses, à ce genre de pratiques. Dans les clubs, il y a un docteur "historique" qui gère les blessés, qui ne veut pas prendre le risque de faire venir une tierce personne pour s’occuper des joueurs, ou des kinés qui sont assez protecteurs. Aujourd’hui, ce sont les osthéos qui sont protecteurs parfois. Quand j’ai rencontré Pierre, j’ai expérimenté et je n’en sors que du positif. »

A lire aussi >> Toulouse : Dupraz prêt à relancer Ben Arfa ("s’il arrive à l’heure à l’entraînement") 

Houssem Loussaïef