RMC Sport

PSG-OM: la pique de Villas-Boas sur les échecs Parisiens en Ligue des champions

André Villas-Boas, l'entraîneur de l'OM, s'est amusé de la politique ultra-dépensière du PSG sans parvenir à atteindre la quête des propriétaires qataris de remporter la Ligue des champions, dimanche après la victoire marseillaise.

A l'inverse de l'année dernière où il avait minimisé l'importance du choc face au PSG face à la presse, André Villas-Boas a retrouvé tout son entrain après la victoire de l'OM au Parc des Princes (1-0), dimanche soir. D'humeur taquine, l'entraîneur portugais a raconté son accrochage avec Thomas Tuchel, qu'il a chambré sur la "chance" rencontrée par son équipe face à l'Atalanta Bergame en quart de finale de la Ligue des champions. Il a aussi glissé un tacle à la politique ultra-dépensière des propriétaires qataris du PSG sans pour le moment parvenir à leur principal objectif: remporter cette Ligue des champions. A l'inverse de Marseille, seul club en France à avoir décroché le titre suprême.

"La Ligue des champions reste seulement à un endroit"

"On a une grosse joie évidemment, on ne peut pas oublier qu'il y a deux historiques dans l'histoire des clasicos entre l'OM et le PSG, une avant que le Qatar achète le PSG (en 2011) et l'autre après, explique-t-il. Ils ont eu 10 ans de domination mais ils ont dû mettre 1,5 milliard d'investissement qui leur donne tellement de joie quand ils jouent contre l'OM pour donner un peu d'importance à ce qu'ils font dans le championnat français. Parce que je pense qu'à la fin, l'objectif de l'investissement du Qatar c'est de gagner la Ligue des champions et la Ligue des champions reste seulement à un endroit (Marseille)."

>> Profitez de l'offre groupée RMC Sport + Téléfoot

Il a enfoncé le clou un peu plus tard en évoquant la pression qui pèse sur les épaules de Thomas Tuchel dans cette quête d'un succès en C1. "Le PSG n'attend qu'une coupe: c'est la Ligue des champions, a-t-il souligné. Tu ne peux dépenser 1,5 milliard et ne pas gagner la Ligue des champions. Ancelotti est passé ici et entraîne Everton maintenant. Emery aussi et il entraîne maintenant à Villarreal. C'est dur parce que le PSG attend la Coupe d'Europe. Je l'apprécie beaucoup, il a une équipe qui joue bien au ballon. Je lui ai dit: 'je ne peux pas jouer comme toi malheureusement'."

NC