RMC Sport

PSG-Troyes: finalement, on ne sait toujours pas qui est le tireur numéro 1 des penalties

Edinson Cavani

Edinson Cavani - AFP

Alors qu'on pensait le débat du penaltygate clos après le but de Neymar à Monaco, le penalty accordé lors de PSG-Troyes relance les questions. Cette fois, c'est Edinson Cavani qui a tenté sa chance et a été mis en échec. Alors, qui est le tireur n°1?

Dans cette saison 2017-2018 au PSG, un feuilleton a vu le jour en septembre lors du match contre Lyon: le penaltygate, soit l'opposition entre les deux goléadors parisiens, Edinson Cavani et Neymar, pour savoir qui doit être le tireur n°1 des penalties. L'an dernier, c'était l'Uruguayen. Cette saison, "El Matador" doit composer avec la superstar brésilienne.

Cavani revient bousculer une hiérarchie qu'on croyait établie

Unai Emery n'a jamais dit clairement lequel de ses deux attaquants est le n°1 dans la hiérarchie. Neymar paraissait quand même avoir obtenu gain de cause. Les faits plaidaient en sa faveur: après le fameux PSG-Lyon, c'est bien lui qui a tiré le penalty suivant contre Bordeaux, et c'est aussi lui qui a tiré le suivant à Monaco dimanche. Ce fonctionnement entérinait sa position de n°1 et enterrait l'idée d'une alternance avec Cavani.

Mais lors de PSG-Troyes, ce mercredi, les cartes ont été rebattues. Edinson Cavani, accroché par le maillot, a obtenu un penalty en première période. Et c'est bien lui qui s'est présenté face à Mamadou Samassa. Le gardien troyen a d'ailleurs sorti son tir.

A suivre >> Le live de PSG-Troyes

Y a-t-il vraiment un numéro 1?

En interne, le fonctionnement est peut-être clair. Mais d'un point de vue extérieur, c'est très flou. Y a-t-il une forme d'alternance qu'on ne peut saisir entre Neymar et Cavani? Est-ce que le Brésilien a les cartes et peut décider de laisser son coéquipier frapper de temps en temps? Ou bien, l'ancien Napolitain a-t-il insisté et obtenu ce qu'il voulait contre l'Estac? Mystère... La suite au prochain penalty.

A lire aussi >> PSG-Troyes: les ultras mobilisés devant le stade après la fermeture d'Auteuil

A lire aussi >> Ligue 1: la "taxe Neymar" a du plomb dans l'aile

VIDEO >> Petit: "Je peux comprendre la frustration de Pastore"

N.B