RMC Sport

PSG-Troyes: Paris peut (encore) remercier Neymar

Face à une équipe de Troyes solide et séduisante, le PSG s’en est remis à Neymar pour empocher la victoire, ce mercredi, lors de la 15e journée de Ligue 1 (2-0). Auteur d’un but et d’une passe décisive, la star brésilienne a offert un précieux succès à Paris, qui augmente son avance en tête du classement.

Paris s’envole en tête du classement

Le PSG a encore profité de cette journée pour accroître son avance au sommet de la Ligue 1. En dominant une vaillante équipe de Troyes (2-0), les joueurs de la capitale, privés du soutien de leurs ultras (le Virage Auteuil était fermé par la LFP), ont enchaîné une sixième victoire de rang. Une série qui leur permet de creuser encore un peu plus l’écart avec leurs poursuivants. Avec les défaites de Lyon face à Lille (1-2) et de Monaco à Nantes (1-0), les voici désormais avec 10 points d’avance sur l’OM, leur nouveau dauphin. Sans parler de leur différence de buts, qui commence à devenir vertigineuse (+37).

>> PSG-Troyes: les ultras mobilisés devant le stade avant le match

Neymar fait encore la différence

Il a longtemps buté sur une jambe, un pied ou un mollet troyen. Il en a parfois fait un peu trop. Mais comme souvent, Neymar a réussi à faire la différence. Alors que le PSG tentait sans succès de faire sauter le verrou adverse, l’artiste brésilien a trouvé la faille. Sans l’aide de personne. A l’entrée de la surface, le buteur de 25 ans a envoyé une frappe du gauche imparable, qui s’est logée dans le petit filet de Mamadou Samassa (73e). Un geste soigné, parfait et décisif qui a offert un nouveau succès aux Parisiens. Au-delà de son costume de sauveur, l’ancien du Barça, qui en est désormais à 15 réalisations cette saison (toutes compétitions confondues), a également régalé le Parc des Princes de plusieurs petits ponts et autres arabesques dont il a le secret. Pour couronner le tout, il offre le but du break à Edinson Cavani en fin de match (90e).

>> PSG-Troyes: finalement, on ne sait toujours pas qui est le tireur n°1 de pénalties

Troyes a offert une superbe résistance

Avant cette rencontre, seul l’OL avait réussi à ne pas encaisser de but en première période cette saison au Parc des Princes. Solide et séduisant, l’Estac a fait aussi bien. Les joueurs de Jean-Louis Garcia ont même tenu jusqu’à un gros quart d’heure de la fin et cette inspiration de Neymar. Avant ça, ils ont livré une performance remarquable, en défendant bien et en tentant de trouver des enchaînements. Contrairement à certaines équipes, Troyes a eu la volonté de créer du jeu et de ressortir le plus proprement possible. Ça n’a pas suffi mais c’est tout à son honneur.

Les doublures parisiennes trop discrètes

Unai Emery avait décidé de faire tourner son effectif pour ce match de milieu de semaine. Kevin Trapp, Thomas Meunier, Presnel Kimpembe, Giovani Lo Celso, Javier Pastore et Angel Di Maria en ont profité pour retrouver une chasuble de titulaire. Mais pas pour convaincre. Hormis Kimpembe, impeccable derrière, et Meunier, solide sans être génial dans son couloir droit, les autres ont un peu raté leur soirée. Lo Celso et Pastore n’ont pas beaucoup pesé dans l’entrejeu. Di Maria a bien démarré, avant de s’éteindre à petits feux et de recevoir les sifflets d’une partie du public lors de sa sortie.

>> PSG-Troyes: Di Maria hué par une partie du Parc

Cavani finit toujours par marquer

Honnêtement, il n’a pas été très bon dans cette rencontre. Presque mauvais. Mais comme si souvent, Edinson Cavani a fini par trouver le chemin des filets. Le Matador a pourtant manqué un penalty qu’il avait lui-même obtenu à la 41e. Mais ça ne l’a pas empêché de continuer à faire des appels et à proposer des solutions à ses partenaires. La récompense est arrivée dans le temps additionnel. Après une passe bien sentie de Neymar, l’Uruguayen a trompé Samassa d’une frappe puissante et légèrement déviée. Après 15 journées, il en est déjà à 17 buts dans cette Ligue 1. Sacré rythme.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur