RMC Sport

PSG: "Tuchel était devenu insupportable"

Le PSG a licencié Thomas Tuchel mercredi après la victoire face à Strasbourg (4-0). L'édito de Daniel Riolo sur le départ de l'entraîneur allemand.

A force de le voir venir, on ne l’a pas vu venir. A force de s’y attendre, on ne l’attendait plus. Tuchel viré à Noël, on ne peut pourtant pas tomber du sapin.

On n’a pas eu le temps hier de parler de son ITW à un média allemand, mais elle était annonciatrice. Critiquer le club, son fonctionnement, afficher un ras-le-bol évident, forcément ça n’allait pas plaire. Comme ses critiques du mercato n’avaient pas plu fin septembre. La liste des choses déplaisantes concernant Tuchel est tranquillement devenue trop longue. L’institutionnel d’un côté, les rapports avec la hiérarchie et le sportif de l’autre. La gestion de l’effectif, les blessures récurrentes, le style de jeu, Tuchel était devenu insupportable. A bout de nerfs dans quasi toutes ses ITW. Tout mis bout-à-bout, ça fait un beau paquet cadeau au terme, pourtant, de la plus belle saison d’un point de vue sportif. Finale de Ligue des champions (cas unique) et avant cela vainqueur d’un 8e en aller/retour, une première depuis 2016. Normalement ça aurait dû mettre à l’abri des critiques. Eh oui, c’est encore une grosse pierre dans le jardin de ceux qui bêtement pensent que 'seul le résultat compte'. Les comptables du foot prennent encore une leçon, mais ils continueront pourtant à répéter cette phrase stupide.

Tuchel n’aura séduit qu’au début de l’aventure pour assez vite lasser tout le monde. On se souvient à peine de son idée de jeu initiale. Le pressing à l’allemande, le jeu moderne. Un peu en L1, où même un pressing à 'l’ancienne' peut suffire. En LDC, on gardera en tête le match de poule contre le Real, la victoire à Manchester qui sera suivie d’une catastrophe honteuse. Une fin de poule face à Liverpool et un succès récent, encore à Manchester. Dans le Final 8 de cette saison, Paris a certes offert de fortes émotions, mais sans jamais imposer un style, une ligne tactique claire. "On passe la balle à Neymar" ne peut pas être une option viable. A ce titre, la finale face au Bayern a laissé trop de regrets. 

Ses bricolages incessants, la gestion physique du groupe ont enfin rendu le coach parisien insoutenable.

La page est donc tournée. Mais il serait fou de ne rien retenir. Dans la fameuse ITW récente, Tuchel s’est peut-être mis une balle dans le pied, mais il a dit beaucoup de choses vraies. Quand il dit en synthèse qu’au PSG on n’est pas coach, mais on fait de la politique, il a raison. Tuchel s’est planté comme les autres. De Ancelotti à Tuchel, tous les entraîneurs ont souffert de la gestion des stars du club. Tous ont été mis dans une position intenable sur le long terme. Précision pour Ancelotti, lui, c’est le manque de confiance de 'la présidence' qui l’a fait partir. 

Pourquoi tout ça changerait avec le nouvel élu, Mauricio Pochettino? Peut-être parce qu’il a été choisi par Leonardo et qu’il sera donc soutenu par lui. Le patron du sportif ne pourra plus se cacher derrière un entraîneur qu’il ne voulait pas et devra tout assumer. Leo ne voulait pas de Tuchel, il veut Pochettino, ça peut tout changer.

Nommer l’entraîneur argentin est une très bonne nouvelle. D’abord parce qu’il a toujours voulu revenir au PSG. Il en parlait dès le début de sa carrière de coach. Ensuite parce qu’il a une vision du jeu séduisante. Pochettino est un 'fils' de Bielsa. Les supporters du PSG doivent être heureux de le savoir! Sa personnalité séduira tout le monde et redonnera le sourire à la famille PSG.

Qu’on n’en doute pas, c’est un beau cadeau de Noël que Leonardo vient de faire aux supporters du club…

Daniel Riolo