RMC Sport

Quillot, après le nouveau bug de la goal-line: "La technologie doit être absolument infaillible"

Directeur général exécutif de la LFP, Didier Quillot revient pour RMC Sport sur le nouveau bug de la goal-line technology samedi soir lors de Troyes-Amiens (1-0). Il attend des explications de la société allemande en charge du dispositif, Goal Control.

Didier Quillot, que s’est-il passé avec la goal-line technology lors de Troyes-Amiens samedi soir ?

D’abord, je voudrais dire qu’au final, l’arbitre, François Letexier, a pris la bonne décision puisque le but n’a pas été accordé. Effectivement, il y a eu une défaillance de la goal-line technology de la société Goal Control. La montre de l’arbitre a vibré alors qu’elle n’aurait pas dû vibrer. Ensuite, il a fallu de nombreuses minutes de consultation entre l’arbitre, le délégué de la Ligue et les opérateurs de Goal Control pour arriver à la conclusion définitive que le but n’était pas valide. C’est la décision qui a été prise par l’arbitre. C’est une première bonne décision. Ensuite, le délégué de la Ligue et l’arbitre ont décidé, en accord avec les capitaines et les entraineurs des deux équipes, de ne pas utiliser la goal-line technology en deuxième mi-temps, considérant qu’elle était défaillante. Je salue François Letexier, qui a fait une conférence de presse particulièrement claire et pédagogique à l’issue du match, pour expliquer qu’il y avait eu un problème, que la technologie sur place avait été défaillante et qu’il ne fallait surtout mélanger la goal-line technology et l’assistance vidéo, qui est faite à partir des images des diffuseurs.

A voir aussi >> Troyes-Amiens: encore un énorme imbroglio avec la goal-line technology

Quelles suites vont être données ?

Hier soir (samedi), j’ai validé la décision du délégué et de l’arbitre de ne plus utiliser la goal-line technology. Nous avons décidé de convoquer Goal Control demain (lundi) pour les entendre dans la semaine. Ça fait trois incidents depuis le début de la saison, sur 170 matchs, ce qui fait moins de 1% (1,8% en fait, ndlr). Mais c’est trop. Même si ce n’est que trois incidents, c’est trop. La technologie doit être absolument infaillible. 

A voir aussi >> Riolo: "GLT moisie et Paris en balade"

Cela vous inquiète-t-il ?

Non, on n’est pas inquiet. On est calme et déterminé. On a demandé, dès hier soir à la mi-temps, des explications à Goal Control, qu’on va entendre je pense demain. Ensuite, on va rencontrer la société. On avait fait un test à Rennes il y a quelques semaines, avec la Fifa et son laboratoire de contrôle. Cela avait confirmé qu’il n’y avait pas eu de bug à Rennes. C’était un problème de drapeau dans le public qui avait conduit à une mauvaise interprétation de la goal-line. Là, à l’heure où on se parle, je ne connais pas l’explication. On l’a demandée. On va étudier avec Goal Control ce qu’il faut qu’on fasse jusqu’à la fin de la saison.

A quoi faut-il s’attendre à l’issue de cette réunion ? Allez-vous changer de société ?

Je ne vais pas répondre à cette question ce matin. On va étudier les réponses de Goal Control. Et ensuite, toutes les options sont possibles.

LP avec Saber Desfarges