RMC Sport

Rennes: cinglant, Létang réfute la rumeur Gourvennec

Le Stade Rennais a mis fin à une série de quatre matchs sans victoire en s’imposant sur le terrain de Monaco ce dimanche (2-1), lors de la neuvième journée de Ligue 1. Une façon d’apaiser ce qui ressemblait à un contexte de plus en plus agité. Après la rencontre, Olivier Létang ne cachait pas son agacement devant les rumeurs relayées ces derniers jours.

Après un début de saison convaincant, le Stade Rennais semblait marquer le pas. Le club breton, qui n’avait plus gagné en Ligue 1 depuis la quatrième journée (2-0 contre Bordeaux) et restait sur quatre matchs d’affilée sans victoire toutes compétitions confondues, a mis fin à sa mauvaise série en s’imposant sur le terrain de Monaco ce dimanche (2-1), lors de la neuvième journée de championnat. 

En zone mixte, Olivier Létang y voyait une façon d’éteindre de fausses rumeurs de tension. "En finissant cinquièmes en mai dernier, nous ne nous sommes pas pris pour d’autres. Ce n’est pas après les premières difficultés qu’il fallait être dans une situation de stress ou de tension, estime le président de Rennes. Pour bâtir un projet sportif, il faut du temps, de la stabilité. C’était aussi pour nous un enseignement. Je connais cette activité depuis très longtemps et on a vu partir quelques flèches maladroites, mensongères et c’est le plus gros problème. Mais il fallait rester unis en interne."

"J’ai découvert que j'avais rencontré deux fois Gourvennec"

Unis, y compris quand la presse annonce Sabri Lamouchi sur un siège éjectable et des rencontres entre la direction et Jocelyn Gourvennec. "J’ai découvert ce matin, dans un journal local, que je l’avais rencontré deux fois, ce qui est absolument magnifique… Ce qui est dommage, c’est que ces personnes font de la désinformation. C’est très grave. A un moment donné, comment les croire? Mais je l’ai dit à tout le monde: solidarité, union, stabilité. On avait aussi besoin d’un sentiment de révolte parce qu’on ne modifie pas le cours des choses comme ça, il faut qu’on se comporte en équipe et les joueurs l’ont démontré. Je suis très content pour les joueurs, le staff, le coach. Ce que je souhaitais, c’est qu’il n’y ait pas de fatalité, qu’on ne se dise pas que les choses vont venir d’elles-mêmes."

Y.P