RMC Sport

Ricardo Pereira brillant, Cardinale infranchissable, Verratti transparent: les notes de Nice-PSG

Ricardo Pereira

Ricardo Pereira - AFP

Mis sous pression par la victoire de Monaco devant Toulouse (3-1), samedi, le PSG a tremblé et a cédé à l’Allianz Riviera en clôture de la 35re journée de Ligue 1 dans le choc face à Nice (3-1). Une défaite logique pour un Paris décevant, face à des Niçois survoltés.

Nice

Cardinale (7)

Souquet (7)

Baysse (5)

Dante (5)

Dalbert (5,5)

Koziello (6)

Seri (6)

Ricardo Pereira (8)

Belhanda (6)

Eysseric (5,5)

Balotelli (6,5)

A lire aussi >> Le PSG s’incline à Nice et laisse Monaco filer vers le titre

Ricardo Pereira, l’ailier reconverti

Cela fait partie des innovations que Lucien Favre nous a offert en cette seconde partie de saison. Après son retour de blessure et l’éclosion dans le même temps d’Arnaud Souquet à son poste habituel de latéral droit, Ricardo Pereira s’est épanoui dans un rôle plus offensif d’ailier. C’est lui qui est à l’origine du but de Mario Balotelli (26e). Au retour des vestiaires, c’est lui qui enfonce un peu plus le PSG, grâce à une superbe sortie de balle de Younès Belhanda à l’origine, en ouvrant parfaitement son pied gauche pour trouver la lucarne opposée de Kévin Trapp (48e). Un bijou et une prestation XXL pour celui qui est toujours prêté par Porto.

A lire aussi >> Ricardo Pereira brillant, Cardinale infranchissable, Verratti transparent: les notes de Nice-PSG

Le roc Yoan Cardinale

Il a démarré ce choc de la 35e journée de la pire des manières, en relâchant une frappe pourtant anodine d’Angel Di Maria. Mais par la suite, l’un des meilleurs gardiens d’Europe en terme de ratio tirs cadrés/arrêts, a repoussé toutes les tentatives parisiennes. En deuxième période notamment, il stoppera la frappe de Thomas Meunier (71e) avant de s’envoler dans le ciel niçois pour détourner la tête de Thiago Silva de sa lucarne (76e). Grosse prestation, encore une fois pour l’homme aux 75 arrêts en Ligue avant ce choc.

A lire aussi >> Nice-PSG: l'OL dégaine un tweet ultra-chambreur après la défaite du PSG

Arnaud Souquet, le suppléant devenu grand

Il est l’une des révélations de Nice cette saison. Appelé à remplacer Ricardo Pereira lorsque ce dernier était blessé, Arnaud Souquet a prouvé qu’il était plus qu’une simple doublure en s’imposant aux yeux de Lucien Favre dans le onze type azuréen. Il a même développé une superbe entente avec l’ancien titulaire au poste, étant même à l’origine de l’ouverture du score de Mario Balotelli. Un latéral offensif, qui a déjà délivré cinq passes décisives cette saison (1 but) en 23 matchs cette saison en Ligue 1.

A lire aussi >> Riolo: "Nice prive le PSG du titre"

Paris

Trapp (4)

Aurier (3,5)

Marquinhos (5)

Thiago Silva (5)

Maxwell (3)

Verratti (4)

Motta (3)

Matuidi (5,5)

Di Maria (3,5)

Cavani (3)

Draxler (3)

Verratti, à l’abri des grands matchs

Il a été l’un des grands absents de cette soirée de gala pour le PSG, qui se devait de répondre à l’AS Monaco. Transparent en première mi-temps face au pressing constant de l’OGCN, il n’a que trop rarement mis ses coéquipiers sur orbite, comme il sait le faire d’ordinaire, lorsqu’un match est mal embarqué. Marco Verratti a donc clairement manqué son match à distance avec son homologue sudiste, Jean-Michael Seri. Décevant, encore une fois dans un match clé.

A voir aussi >> Al-Khelaïfi : "C’est une grosse défaite"

Le combattant Matuidi

Il est l’un des rares parisiens à être sorti du lot ce dimanche soir, en tout cas en terme d’engagement. Car si le PSG a été souvent étouffé par le pressing niçois, Blaise Matuidi a montré qu’il ne lâchait jamais l’affaire. Lorsque Mario Balotelli est passé en mode provocateur, il est allé au front pour bousculer l’italien. Dans la foulée, Paris a réduit le score, reprenant un instant le fil de son match. Il a ensuite été replacé par Unai Emery dans le couloir gauche lorsque le coach francilien a sorti Serge Aurier. Un modèle de dévouement dans une soirée bien terne pour le PSG, qui a semble-t-il laissé échapper le titre.

A voir aussi >> Ce qu’apporte Favre à l’OGC Nice selon l’After

Le fantôme de Maxwell a (trop) erré

Il est difficile d’accabler un soldat comme Maxwell, qui a encore prouvé ces dernières semaines qu’il pouvait rendre de très grands services en l’absence trop fréquente de Layvin Kurzawa. Mais l’implication du latéral brésilien sur l’action sur l’ouverture du score de Mario Balotelli est évidente. Ricardo Peraira, le latéral niçois reconverti sur l’aile, se joue de lui en lui faisant un grand pont, avant de le crocheter et de décaler l’Italien. Unai Emery le sortira d’ailleurs à la mi-temps, peut-être sur blessure, pour innover en mettant Serge Aurier dans le couloir gauche.

A lire aussi >> Nice-PSG: le bel hommage de l'Allianz Riviera à Hatem Ben Arfa (qui n'est pas là)

Damien Chédeville