RMC Sport

Riolo : "Nice repart…"

Daniel Riolo

Daniel Riolo - RMC Sport

Nice a repris la tête de la Ligue 1 après son succès dimanche à Saint-Etienne (0-1).  Le PSG a, lui, dominé Nantes (2-0) samedi avant d’affronter Arsenal, mercredi, Ligue des champions.

Face au bloc vert, Nice pouvait reprendre sa première place et oublier ainsi sa dernière sortie manquée à Caen. Saint-Etienne, on l’a dit maintes fois, c’est une sorte de pavillon témoin de notre L1. Un label de qualité. Les Verts entrent sur le terrain d’abord pour ne pas perdre et pour faire « déjouer » l’adversaire. C’est la marque de fabrique.

>> Revivez Saint-Etienne-Nice (0-1)

Comme attendu, Nice prend donc les choses en main. Mais percer le bloc vert, c’est jamais simple. Une petite occasion par-ci, par-là dans un match fermé. Dans cette configuration, l’ASSE est à l’aise. Le 0/0 tient. Tout va bien.

Ça se débloque alors qu’on commençait doucement à piquer du nez. La machine à défendre perd un ballon près de la surface, frappe lucarne et but ! Ouf ! On va enfin voir une fin de partie plus ouverte. Sainté ne réagit pas. C’est Nice qui domine. Le public de Geoffroy-Guichard lui reste actif. Un jour, peut-être, il aura la chance de voir une équipe jouer comme Nice, jouer au foot tout simplement.

A voir aussi >> Saint-Etienne: le coup de gueule des supporters contre le naming dans le sport

Rien. Sainté n’a rien fait. Rien proposé. Il faut un corner pour avoir une occasion. Alors, Nice a logiquement gagné. Du jeu, du mouvement, des passes. Balotelli n’était pas là. Belhanda n’a même pas été excellent. Quand on veut jouer, ce n’est pas une affaire d’individualités. On ne le répétera jamais assez…

A lire aussi >> PSG - Si ça ne tenait qu'à lui, Aurier "serait déjà parti depuis longtemps"

"Ce PSG n'a pas de banc"

29 points, qualifié en 8e de la LDC dès la 4e journée, les amoureux des chiffres et du seul le résultat compte peuvent affirmer que le PSG est dans les clous. La série de succès peut, de surcroît, valider le raisonnement. Mais je ne fais pas partie des apôtres de l’essentialisme sportif. Il faut, en effet, être très peu exigeant pour ne pas s’être ennuyé devant PSG/Nantes. Les autres années aussi avant et après les retours de trêve internationale, avant et après match de LDC, on a vu des purges parisiennes. Certains font mine de découvrir ça cette année. Malhonnêteté intellectuelle. Passons.

Reste l’évidence, ce PSG n’est pas bon. Ce PSG n’a pas de banc, pas de style. Pas de banc, parce que Lucas est passé de remplaçant à titulaire. Et le pire, c’est que ni Jesé, ni Ben Arfa ne semblent pouvoir lui prendre sa place ! Les avocats de Ben Arfa ont vu sa prestation. Toute petite. Ah oui, c’est vrai, il faudrait construire l’équipe autour de lui. Absurde.

Même Di Maria ne peut pas sortir. Qu’on le veuille ou non, et tant que Pastore ne sera pas totalement opérationnel, c’est le meneur de jeu ! Le seul capable de créer offensivement. Le jeu sur les côtés ? Vous avez vu Aurier ? Aucun appel, aucune dispo, le néant. Reste le milieu à 3 qui ronronne, comme l’an passé. A ceci-près que Motta est plus vieux et Verratti bon par séquences seulement.

A lire aussi >> PSG: Pastore en Chine dès le mercato d'hiver ?

Cette équipe du PSG est bien moins bonne qu’on ne le pense. Emery ? Pour l’instant, il ne fait pas grand-chose. Il accompagne l’équipe, rien de plus. Il ne se défait pas des statuts des uns et des autres. Mais avec quels joueurs pourrait-il le faire ? Il paraît que les joueurs ont eu du mal à se concentrer. La tête à Londres ? Ok, alors on verra mercredi. En attendant, si on a jeté un œil au Real, à l’Atlético, au Bayern, à Dortmund, à beaucoup d’autres équipes encore, on a bien vu que Paris était bien loin de ce niveau-là !