RMC Sport

Riolo : "Nice s’éclate, l’OM coule"

-

- - -

Retour sur la fin de la 8e journée de Ligue 1, marquée par la défaite de l’OM à domicile contre Angers (1-2) et la démonstration niçoise à Saint-Etienne (1-4).

C’était agréable ce « choc » inattendue du dimanche soir. Deux buts en 20 minutes, ce Sainté-Nice qui pouvait faire peur se laisse suivre avec intérêt. Et même si Nice marque vite, ce sont les Verts qui veulent prendre vite les commandes du match. Il faut dire que si Nice affiche un bel état d’esprit, qu’il n’est pas venu que pour défendre, ça n’a pas l’air génial. Mais ce qui saute aux yeux, c’est que cette équipe joue. Bodmer, Mendy, Ben Arfa, c’est la ligne directrice. Saint-Etienne attaque, égalise et semble devoir mettre la main sur le match. La sensation est fausse. La possession est équivalente, parfois même à l’avantage de Nice, preuve que cette équipe ne reste pas en bas, à attendre.

Mieux, grâce à Hatem Ben Arfa, auteur d’un but somptueux, Nice mène 2-1. De retour en « prime time » Ben Arfa explose et met un deuxième but encore plus beau. Sainté manque d’agressivité, n’utilise pas bien le ballon et rate des occasions. C’est poussif. Tout le contraire de Nice, qui joue simple. Au milieu, il y a beaucoup de joueurs, ça gêne Sainté et ça joue avec pas mal de tranquillité. C’est assez pour tenir tête aux Verts. Et avec un Ben Arfa à ce niveau, c’est carrément supérieur à Sainté. 3-1 à la pause. Les Verts sont sonnés.

Moi qui dis toujours que Sainté gagne les matches face aux adversaires a priori inférieurs, là c’est mal barré. Pire, suite à un contre très bien mené et conclu par Seri, Nice met un quatrième but dès l’entame de la seconde période. Après Bordeaux, c’est Sainté qui se fait fesser par Nice. Il y a une volonté de garder le ballon, une sérénité étonnante dans cette équipe. Collectivement, c’est huilé et agréable à suivre. Le lot de consolation pour les Verts, c’est de rester deuxième malgré deux matches de suite ratés. Chacun donnera le sens qu’il veut à ce constat brut.

Huit points en huit matches, un parcours de relégable, un match au Parc à venir : le début de saison de l’OM est officiellement catastrophique. On peut retourner le problème dans tous les sens, mais quand on renouvelle un effectif en août, que le coach démarre à la 3e journée, c’est quand même très compliqué d’y arriver. Mais surtout, face à de tels résultats et le constat d’un été aussi agité, on ne peut dire qu’une chose : la gestion de l’OM est mauvaise.

Le reste, l’équipe est moins forte, le coach a changé, c’est presque secondaire. Ça n’empêche pas d’en parler. En perdant Bielsa, l’OM a perdu un monstre. Un homme qui avait fait progresser tout le monde et qui a augmenté la valeur économique des joueurs. Quand on parle du niveau des joueurs, je me marre. Qu’avait fait Gignac avant Bielsa ? Et Payet, quel était son niveau ? Imbula est plus fort que Diarra ? Thauvin et Lemina ont fait une bonne saison l’année dernière ? Mendy, Djadjedje, Morel, ils étaient bons ? Il n’y a qu’Ayew qui a toujours été constant et souvent bon !

Qu’on dise que l’OM s’est affaibli, c’est une blague ! Non. L’OM a juste perdu un immense coach. Et en passant de Bielsa à Doyen Sport via Labrune, là, oui l’OM a beaucoup perdu ! A l’envers, avec juste de bonnes intentions et rien de plus, l’OM s’est fait battre par un promu à domicile ! Avec Bielsa, Michel ou Tartempion, avec ou sans vedette, ce n’est pas normal ! L’OM, 14e de L1, c’est avant tout le fruit d’une gestion désastreuse. Le seul point rassurant, c’est de se dire qu’en L1, remonter c’est possible. Sept points de retard sur le troisième, c’est franchement pas énorme. Mais il faudra quand même à un moment trouver une équipe et effectuer une longue série de bons résultats. On se rassure comme on peut…

Daniel Riolo Journaliste