RMC Sport

Riolo: "PSG, OM... Galères communes"

Retour sur la fin de saison pourrie à Marseille et Paris…

Tout revoir, tout nettoyer du sol au plafond. J’ai l’impression que dans ces deux clubs, on a raconté cette histoire mille fois! La volonté de mettre tout le monde dehors ou presque doit être commune aux supporters des deux clubs. Savoir qui garder, qui est capable de rendre un peu de dignité est devenu très compliqué. 

A Marseille, le président Eyraud a encore étourdi tout le monde avec sa communication déroutante. On n’a même plus la force d’en rire. Rudi Garcia a achevé la semaine avec une nouvelle analyse au conditionnel façon "si on avait gagné, on aurait pas perdu"...

Garcia va partir, évidemment. Il est au bout et à bout. Rincé. Il va falloir trouver un nouveau coach et surtout des joueurs. La plupart des présents sont cramés. Le tout sans coupe d’Europe à disputer la saison prochaine. Le chantier laisse pantois.

"Un argument pour nous aider à ne plus douter de votre compétence?"

A Paris, le président ne parle pas. C’est mieux de parler pour ne rien dire et de faire honte ou de ne rien dire parce qu’on ne sait pas quoi dire tellement on est dépassé par les événements? Jacques-Henry, Nasser, un avis? Un argument pour nous aider à ne plus douter de votre compétence? Je plaisante. On a arrêté de douter depuis longtemps.

Au PSG, le coach termine lui aussi complètement cuit. Il a totalement raté sa deuxième partie de saison. Le management type 'Friendly West Coast' a échoué. Il est arrivé en mode patron de start-up de Gafa pour terminer en chef du rayon bricolage chez Jardiland!

"Quel joueur peut se regarder dans une glace sans honte?"

Mais, Neymar va peut-être le sauver. La star décide de tout et a aussi le droit de choisir le coach qui le laissera le plus libre. Anniversaire, carnaval… Il y a des choses importantes dans une saison au PSG. Samedi soir, le Brésilien a réglé son compte aux jeunes pas bons du club. Sur le fond pourquoi pas. Il a certainement raison. Mais c’est bien d’être exemplaire quand on fait ça. D’être un vrai "king". Pas un intermittent dans la vie du club. On dit souvent qu’il n’y a pas de patrons au PSG. C’est vrai. Pire, quel joueur peut se regarder dans une glace sans honte? Une petite poignée emmenée par Cavani. Le reste, Marco "tourniquet" Verratti en tête, sont d’une lâcheté sans nom.

Du sol au plafond on disait. Centre de formation, direction sportive, autorité du président, communication globale, entraîneur, comportements et rendement des joueurs vedettes... oui tout est pareil à l’OM et au PSG! Tout est à reprendre. Une fois encore.

Daniel Riolo