RMC Sport

Saint-Etienne: comment Puel a imposé son exigence et son professionnalisme

Les Verts, opposés jeudi aux Ukrainiens d’Oleksandria en phase de groupes de la Ligue Europa (18h55, à suivre sur RMC Sport), ont repris confiance depuis l'arrivée sur leur banc de Claude Puel. Le successeur de Ghislain Printant a défini un cadre et imposé son style.

Sur le plan comptable, ses débuts sont clairement réussis. Arrivé dans le Forez le 4 octobre dernier en remplacement de Ghislain Printant, Claude Puel présente un bilan de deux victoires en deux matchs, face à Lyon (1-0) et Bordeaux (1-0). Mais le nouvel entraîneur de Saint-Etienne a aussi imposé son style. En conférence de presse, vendredi dernier, Denis Bouanga a eu une sortie qui traduit bien la discipline retrouvée à l’Etrat: "Maintenant, quand le coach parle, tout le monde écoute." Une phrase à tiroirs qui signifie bien que le professionnalisme est la norme avec Puel.

Les joueurs sont priés d’être ponctuels, de prendre le petit déjeuner et le déjeuner ensemble, et non pas au compte-goutte ou par petits groupes. Ensemble. Les séances d’entraînement sont denses et Puel y demande de la concentration et de l’investissement. Arnaud Nordin apprécie: "C’est un coach exigent, qui aime que l’on soit à l’heure, c’est normal, il est très à cheval sur des détails, que l’on aille en salle de musculation pour les échauffements, ces détails qui font de nous de bons professionnels."

Tout le groupe n'est pas à 100%

Puel a défini un cadre. Une rigueur nouvelle. Une certaine exigence que Puel n’estime pas particulièrement appuyée: "De l’exigence oui, mais c’est plutôt que je veux que les joueurs progressent et soit concernés et cela ne se fait pas sans un certain cadre." Un cadre que l’ancien entraîneur de Nice et Southampton a bien défini en dehors du terrain et le groupe adhère. Sur la pelouse, le travail est un peu plus de longue haleine. Le Castrais admettait que du retard avait été pris en terme "de qualité". Une périphrase confraternelle pour ne pas salir le travail de son prédécesseur, mais qui veut bien dire que physiquement, notamment, tout le groupe n’est pas à 100%. Corriger cette donnée prendra un peu plus de temps pour des Verts qui accueilleront jeudi les Ukrainiens d’Oleksandria à l’occasion de la troisième journée de la phase de groupes de la Ligue Europa (18h55, sur RMC Sport), avant de recevoir Amiens, dimanche (17h), en Ligue 1.

Timothée Maymon