RMC Sport

Saint-Etienne: pourquoi ça bloque pour le prince cambodgien dans le processus de vente

Selon L’Equipe, le cabinet d'audit anglo-néerlandais KPMG, chargé d'étudier les dossiers pour dénicher le candidat idéal à la reprise de Saint-Etienne, bloque pour l’instant l’accès à la "data room" du club au prince cambodgien Norodom Ravichak.

Une situation compliquée sur le plan sportif et toujours aussi floue en coulisses. Dix-neuvième de Ligue 1 avant de recevoir Nice ce samedi (17h), Saint-Etienne connaît depuis plusieurs mois de lourdes difficultés financières sur fond de réduction des recettes de droits TV et de pandémie de Covid-19. C’est dans ce contexte que le processus de vente a été relancé au printemps par les deux actionnaires, Bernard Caïazzo (67 ans) et Roland Romeyer (76 ans), aux commandes depuis 2004. Ils ont vu cette semaine un prince cambodgien se porter "officiellement candidat" au rachat de l’ASSE.

Pas encore d'accès à la "data room"

"Mon but aujourd'hui est de prendre soin de Saint-Etienne. Si nous nous entendons, j'apporterai des moyens suffisants pour réaliser ces ambitions et permettre à Saint-Etienne de retrouver sa splendeur. Mon ambition pour Saint-Etienne est nationale et internationale", a annoncé dans un entretien donné à RFI l’homme d’affaires Norodom Ravichak, âgé de 47 ans et petit-fils de l'ancien roi Norodom Sihanouk. S’il se veut ambitieux, son projet a subi un premier coup d’arrêt. Selon les informations de L’Equipe, le cabinet d'audit anglo-néerlandais KPMG, chargé d'étudier les dossiers pour dénicher le candidat idéal, lui bloque pour l’instant l’accès à la "data room" de l’ASSE.

Concrètement, il s’agit d’une chambre des données virtuelle qui permet de consulter tous les documents du club, et d’avoir ainsi un rapport précis sur sa situation grâce à des données sociales, économiques, immobilières ou fiscales. D’après L’Equipe, KPMG continue d’étudier le dossier de Norodom Ravichak et "attend davantage de garanties" avant de lui donner ou non les accès à cette "data room". L’homme d’affaires Olivier Markarian et le fonds d'investissement américain Terrapin Partners, autres repreneurs déclarés, sont eux à l’étape d’après puisqu'ils se trouvent déjà dans la "data room".

Les actionnaires des Verts espéraient une vente au 1er juillet dernier. Désormais, c'est une échéance d'ici à la fin de cette année qui serait visée, pour permettre au nouveau propriétaire d'investir sur le mercato d'hiver afin de renforcer l'équipe. En attendant, les joueurs de Claude Puel tenteront contre Nice de décrocher une première victoire cette saison et de quitter provisoirement la zone rouge.

RR