RMC Sport

Saint-Etienne: pourquoi Puel n’est pas encore menacé malgré la série de sept défaites

Au sortir d’une défaite historique de l’AS Saint-Etienne à Brest (4-1), Claude Puel conserve du crédit auprès de ses dirigeants, mais la crise actuelle remet en cause la pertinence de ses choix.

Rien ne va plus chez les Verts. Plombés par une défense toujours aussi fébrile et permissive, les hommes de Claude Puel, auteurs d’une première période catastrophique contre Brest, ont concédé une lourde défaite (4-1) en Bretagne, la septième de rang en Ligue 1. Malgré tout, l’entraîneur conserve du crédit auprès des dirigeants stéphanois Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, qui croient en son projet initié avec Xavier Thuilot, et en sa capacité à créer une équipe avec les moyens financiers limités dont dispose l’ASSE. 

Surtout, Claude Puel a encore trois ans de contrat, s’en séparer coûterait donc très cher à l’AS Saint-Etienne. Puel n’est pas menacé dans l’immédiat, mais son crédit est quelque peu entamé. Le totem d’immunité dont il pouvait bénéficier au début de son mandat s’effrite, notamment auprès des supporters. D’autant que Puel n’est pas seulement l’entraîneur de Saint-Etienne, il en est aussi le manager général. Par conséquent, un certain nombre d’erreurs peuvent lui être imputées dans la gestion de certains dossiers liés au terrain.

La situation est très inquiétante

Claude Puel a écarté ou mis au ban des cadres, comme Stéphane Ruffier. Loïc Perrin souhaitait prolonger une saison, Puel a décidé de ne pas le conserver. Yann M’Vila avait lui aussi cette sensibilité de capitaine, ce leadership, mais il a été poussé vers la sortie. Le milieu de terrain se régale à Athènes, où il dispute la Ligue des champions avec l'Olympiacos. Claude Puel a des responsabilités qui vont au-delà de ses prérogatives d’entraîneur. Ce qui ne veut pas dire que tout est de sa responsabilité, ni que la situation ne s’améliorera pas dans les prochaines semaines.

Mais elle est inquiétante, forcément, et l’urgence point, alors qu’aucune amélioration notable dans le jeu n’est perceptible pour l’instant. Pire, les joueurs donnent le sentiment de renoncer. L’AS Saint-Etienne n’a tiré et cadré qu’une seule fois contre Brest, et vient d’égaler la pire série de défaites de son histoire, avec sept revers consécutifs, ce que Claude Puel avait déjà connu, lui, en tant qu’entraîneur, avec Nice en 2013. 

QM avec Timothé Maymon