RMC Sport

Trêve internationale et coronavirus: Pochettino et Garcia veulent un "accord juste"

Mauricio Pochettino et Rudi Garcia, entraîneurs du PSG et de l'OL, ont fait part de leurs interrogations par rapport à la prochaine trêve internationale qui s'annonce perturbée par les restrictions sanitaires en vigueur pour les joueurs qui quitteront le continent européen.

À près d'une semaine du début de la trêve internationale, impliquant des matchs de qualification pour la Coupe du monde 2022 en Amérique du Sud, les entraîneurs sont dans l'expectative et attendent des réponses. Les clubs pourront-ils retenir des joueurs qui, à cause d'un rassemblement avec leur sélection nationale dans des pays fortement touchés par le coronavirus, seraient obligés de respecter un isolement strict à leur retour? Un règlement s'imposera-t-il aux clubs, mais aussi aux sélections et aux joueurs? "C'est un sujet compliqué", a ainsi déclaré Mauricio Pochettino, vendredi lors de la conférence de presse du Paris Saint-Germain.

Depuis le 31 janvier, la réglementation française impose à tous les voyageurs venant d'un pays hors de l'espace européen à s'engager sur l'honneur à s'isoler sept jours une fois arrivé en France. Sans dérogation du gouvernement, Neymar, Marquinhos ou Leandro Paredes ne pourront pas jouer le choc contre Lille, actuel leader de la Ligue 1, prévu le 4 avril, s'ils s'envolent pour l'Amérique du Sud avant.

Un accord "juste et équitable pour tous" est-il possible?

Désireux d'un "traitement égal" pour les joueurs et pour les sélections nationales, Mauricio Pochettino s'est prononcé en faveur "d'un accord qui soit juste et équitable pour tous". "Il faut trouver la meilleure solution pour que les compétitions restent les plus justes possible", a-t-il ajouté, soulignant aussi que des "matchs décisifs" étaient au programme des éliminatoires pour le Mondial 2022. Le Brésil, qui doit d'abord défier la Colombie, doit ainsi affronter l'Argentine le 30 mars. Une affiche que la Fifa voudrait voir en Europe.

"Il faut une décision pour que ni les fédérations ni les clubs ne subissent un quelconque déficit par un problème qui ne puisse pas être résolu, a repris Mauricio Pochettino. Il faut aussi rappeler que les joueurs sont dans un rythme énorme depuis la reprise de la compétition. La responsabilité des institutions est de les protéger. (...) Nous sommes dans une situation dans laquelle nous avons besoin de la protection et de l'aide d'un organisme comme la Fifa qui peut réunir les gens et a les moyens de garantir une organisation juste".

Garcia veut "quelque chose d'intelligent"

Rudi Garcia a aussi été interrogé à ce sujet, à la veille du match de l'Olympique Lyonnais contre le FC Sochaux-Montbéliard en Coupe de France. "Pour l'instant, on attend plus d'indications, surtout sur les règlements. Il va falloir qu'il y ait une harmonie entre les clubs et les fédérations", a-t-il répondu.

"Il faudra quelque chose d'intelligent, a repris l'entraîneur de l'OL. On souhaite que nos joueurs aillent en sélection, parce que jouer pour son pays est important. Mais on ne peut pas se permettre de jouer avec l'équipe de National 2 à la reprise".

Julien Absalon avec AFP