RMC Sport

VIDEO. Ligue 1: Pourquoi on peut vraiment s'inquiéter pour le LOSC

Battu à domicile par Amiens (1-0) ce dimanche, le LOSC pointe à une très inquiétante 19e place en Ligue 1. Et les motifs d'espoir sont très peu nombreux.

Pas d'effet Galtier

Mal en point sous le mandat de Marcelo Bielsa, le LOSC n'a pas relevé la tête lors de l'intérim effectué par un quatuor de techniciens (Da Cruz, Sacramento, Delaval, Mantaux) ni depuis l'arrivée de Christophe Galtier sur le banc. Nommé juste avant Noël, l'ancien guide de Saint-Etienne n'a remporté que deux matchs de L1, contre Caen (1-0) et Strasbourg (2-1). Son club a même perdu une place (de 18e à 19e) depuis sa nomination. Pour le fameux "choc psychologique", on repassera.

Des joueurs pas tous concernés

Avec des ambitions de Top 5 clairement affichées en début de saison par les dirigeants, les joueurs du LOSC ne s'attendaient pas à jouer le maintien. Et c'est tout le problème. Avec un effectif très jeune et fortement remodelé pendant l'été avec des joueurs ne connaissant pas la Ligue 1, le LOSC n'a pas l'âme d'une équipe prête à batailler jusqu'au bout pour sa survie. Un constat dont s'est désolé Christophe Galtier après la défaite face à Amiens: "Face à des équipes supérieures à nous, l’équipe a un comportement correct sans l’emporter. Mais face à des équipes qui luttent pour maintien, on n’est pas au niveau sur le plan mental, dans le comportement et l’investissement. Quand on n’a pas de réussite comme aujourd’hui, c’est qu’on ne mérite pas grand-chose."

Une situation extra-sportive très tendue

L'union sacrée souvent nécessaire pour se sortir d'une telle mauvaise passe n'est pas vraiment de mise au LOSC. En coulisses, la situation extra-sportive n'est pas bonne puisque le club a été interdit de recrutement l'hiver dernier et rétrogradé administrativement en Ligue 2 à titre conservatoire par la DNCG, qui attend plus de garanties que celles apportées par Gérard Lopez et son équipe. Le Conseil des Prud'hommes rendra aussi sa décision ce mardi dans le cadre du conflit qui l'oppose à Marcelo Bielsa, qui conteste son licenciement pour faute grave.

Fatigués par cette saison complètement ratée, les supporters ont craqué. A la fin du match contre Montpellier (1-1) le 10 mars, certains ont envahi le terrain et ont menacé et frappé les joueurs, lançant des chants tels que: "Si on descend, on vous descend". Les Lillois ont donc dû jouer leur dernière rencontre à huis clos contre Amiens et pourraient être sanctionnés encore plus durement par la LFP, qui a placé le dossier en instruction.

Un calendrier pas simple

Dix-neuvième, le LOSC n'est toutefois pas décroché dans la lutte pour le maintien. La 18e place, celle de barragiste occupée par Troyes, n'est qu'à un point devant. Et la 17e de Toulouse à seulement deux. Mais le calendrier jusqu'à la fin de saison n'est pas simple, face à des équipes qui jouent presque toutes quelque chose. Les hommes de Galtier se déplaceront quatre fois: à Bordeaux, Marseille, Toulouse et Saint-Etienne. Ils recevront à trois reprises: Guingamp, Metz et Dijon. Les confrontations contre Metz et Toulouse auront des airs de "finale" pour le maintien. Et dans ces matchs couperets, les Nordistes se sont souvent ratés saison.

A lire aussi >> Crystal Palace: Souaré se déclare insolvable, malgré un salaire très confortable

Alexandre Alain Rédacteur