RMC Sport

Envahissement du terrain du Losc: Galtier veut éviter le retrait de points (VIDEO)

En conférence de presse avant le déplacement à Monaco (vendredi, 20h45), Christophe Galtier est revenu ce mercredi sur l’envahissement de terrain survenu contre Montpellier (1-1).

A West Ham, les supporters descendus sur la pelouse contre Burnley seront "bannis à vie", a annoncé ce mercredi le club anglais dans un communiqué cinglant. Des scènes également vécues à Lille samedi soir, et le Losc a déposé plusieurs plaintes après l’envahissement du terrain contre Montpellier samedi, et les tentatives de coups sur certains joueurs juste après le coup de sifflet final. Un événement forcément difficile à vivre pour une équipe en pleine lutte pour le maintien.

"J'ai parlé avec mon groupe à propos de samedi soir, en essayant de libérer la parole, d'évacuer déception, colère, craintes ou peurs. J'ai trouvé mes joueurs peu bavards", a expliqué l’entraîneur Cristophe Galtier en conférence de presse à deux jours d’un déplacement à Monaco en L1. "Sur le match de Montpellier (1-1), les joueurs ont montré de l’investissement, même si tout n’a pas été parfait, et on a fait match nul. Il y a eu un sentiment de peur car ça aurait pu dégénérer et être dramatique." Mais, malgré la violence de quelques individus, Galtier ne veut pas entendre parler du terme "hooligan" comme l'a utilisé le sénateur Patrick Kanner, et s’en explique.

"Les gens entrés sur le terrain ne sont pas des hooligans. Ce sont des supporters qui ont pété les plombs. Les joueurs aussi pètent les plombs parfois sur un terrain. Je répète, ce ne sont pas des hooligans. Mais je ne les ai pas excusés après le match, et je ne vais pas le faire quelques jours après." Et alors que des sanctions sont attendues pour le Losc, l’ancien coach des Verts a également tenu à défendre sa direction en poussant un petit coup de gueule.

"J’espère qu’on n’ira pas jusqu’au retrait de points"

"C’est un problème de société, cela n’arrive pas seulement en France mais aussi dans d’autres pays. On a du mal à stopper ce phénomène, et il faut prendre conscience que ça peut finir sur des drames. Par contre, je trouve qu’on a tiré à boulets rouge sur la direction du club. Ce n’est pas elle qui a demandé à ce que les supporters envahissent le terrain. On est tous responsables de la situation sportive, oui. Mais la direction n’est pas responsable d’un mouvement de foule. Le club met tout en œuvre pour éviter que ça se renouvelle et pour identifier les responsables. J’espère qu’on n’ira pas jusqu’au retrait de points, même s’il y aura des sanctions, c’est sûr."

D.W