RMC Sport

Evian-Thonon-Gaillard, l’ascension finale

Cédric Barbosa

Cédric Barbosa - -

Leader de L2 à sept journées de la fin, le club savoyard pourrait se rapprocher un peu plus d’une première montée dans l’élite en s’imposant au Havre ce vendredi (20h). En Haute-Savoie, la prudence n’interdit pas de réfléchir déjà à l’avenir et à la compétitivité du club dirigé par le géant Danone.

Les publicitaires pourraient avoir un surcroit d’activité cet été. Quand Evian-Thonon-Gaillard a éliminé l’OM en Coupe de France en janvier (3-1), son propriétaire s’est offert une pleine page de promotion dans un quotidien national. Avec un titre un brin provocateur, « Evlan », et le graphisme de la marque du groupe Danone. Une première accession à la Ligue 1 aurait de fortes chances d’être également fêtée comme il se doit. Leader de Ligue 2 à sept journées de la fin, avec quatre points d’avance sur Dijon (4e), le petit poucet qui n’en est pas vraiment un s’imagine un avenir dans l’élite avec raison, prudence, mais aussi appétit.

« L’ETG » a beau avoir pour actionnaire une multinationale et des partenaires extrêmement référencés dans l’opinion publique comme Zinedine Zidane et Bixente Lizarazu, des proches du PDG de Danone Franck Riboud, il ne vit pas avec des moyens surdimensionnés. Dix employés administratifs gèrent les affaires courantes, quand l’OL en compte une centaine. Et le stade est à Annecy, à 80 kilomètres du siège de Thonon-les-Bains. Deux exemples d’une structure en retard au regard de sa progression sportive.

Trotignon : « En Ligue 1 pour y rester »

Champion de CFA en 2008 et de National en 2010, l’équipe entraînée par Bernard Casoni depuis 15 mois augmenterait un peu plus ses chances de montée en Ligue 1 en cas de victoire au Havre ce vendredi (20h). « Il va falloir faire évoluer un certain nombre de services du club pour qu’on puisse être à la hauteur de la tâche qui nous attend » prévoit le président, Patrick Trotignon. Sportivement, Claudio Cacapa, sextuple champion de France avec Lyon, a rejoint cet hiver d’autres joueurs expérimentés, comme Olivier Sorlin et Cédric Barbosa.

Ils sont aux premières loges pour juger la croissance sage prônée par Danone. « Ce sont des personnes très intelligentes, explique ce dernier. Ils veulent créer quelque chose de social dans la région. S’ils avaient envie de se montrer, ils seraient allés dans des gros clubs comme Paris ou Lyon. » L’exposition pourrait être décuplée dans les prochains mois. « Mais si Evian-Thonon-Gaillard va en Ligue 1, c’est surtout pour y rester, assure Patrick Trotignon. Il va donc falloir se donner les moyens. » Danone ne se contentera peut-être pas d’une page de pub…

LP avec EJ