RMC Sport

Kita : « La Ligue 1 me fait peur ! »

-

- - -

Le FC Nantes s'est imposé face à Grenoble (1-0) hier soir. Avec 13 points d’avance sur le 4ème Bastia (un match en moins), le président des Canaris, Waldemar Kita, peut presque déjà préparer la saison prochaine en Ligue 1.

Le FC Nantes a géré son but d’avance ce soir, un peu à l’italienne…

Oui mais au final, on a les trois points de la victoire. A la fin de la saison, on comptera les points et on ne regardera pas la manière dont on a joué.

Êtes-vous satisfait de la manière dont jouent les Canaris depuis le début de la saison ?

C'est vrai que je ne suis pas content de la façon dont on joue. Mais cela nous réussit pour l’instant. On voit que les garçons essayent de faire du mieux possible. Mais maintenant, seuls les résultats comptent. Je pense que les joueurs eux-mêmes ne sont pas satisfaits ! On en discute tous ensemble… Alors est-ce une question de fatigue physique ? On l’a vu ce soir : ils ne voulaient plus monter, ils ont eu peur de prendre un but… Je crois que c’est aussi une question de préparation psychologique.

Pensez-vous déjà être assuré de monter en Ligue 1 la saison prochaine ?

Mathématiquement, nous ne sommes pas encore en Ligue 1. C’est vrai que c’était un match important car on laisse le 4ème à distance (13 points d’avance sur Bastia, qui compte tout de même un match en retard). Je suis très content pour le club, la ville, les joueurs, l’entraîneur. Dès la première saison et avec tous les problèmes qu’il y a au club, ce serait tout de même pas mal de remonter tout de suite en Ligue 1.

Allez-vous beaucoup recruter à l’inter-saison ?
Oui, oui. Je ne peux pas vous dire combien. Mais il faudra revoir beaucoup de choses. Il nous faut peut-être un joueur avec plus d’expérience pour encadrer les autres. Mais, j’aimerais être sûr mathématiquement que l’on remonte en Ligue 1, avant de prendre des engagements. Tout ce que je peux vous dire, c’est que je suis agréablement surpris par le nombre de joueurs qui sont prêts à venir jouer à Nantes. Cela veut dire qu’on se rend compte que Nantes change. On voit que quelque chose est en train de se construire.

Quand vous regardez le championnat de Ligue 1, où imaginez-vous cette équipe de Nantes ?

Quand je regarde la Ligue 1, déjà ça me fait peur ! Je serais malhonnête de vous dire le contraire. J’ai peur de l’organisation, de l’engagement physique des autres équipes. Mais la peur me fait anticiper certaines choses... Quand je suis arrivé à Nantes, j’ai dit que si je m’entourais de gens compétents, je gagnerais 5 ou 10 ans. Aujourd’hui, je le confirme. Avec des cadres comme Pascal Praud, Christian Larièpe, Claude Robin, et d’autres encore, on a gagné du temps grâce à leurs expériences. Alors, on me reproche leurs salaires, mais ne vous occupez pas de ça, c’est mon problème. L’important est de pouvoir construire et de construire très fort !

La rédaction - Pierre-Yves Leroux