RMC Sport

Le club de Tours attaque violemment le journal La Nouvelle République

Jean-Marc Ettori (Tours)

Jean-Marc Ettori (Tours) - (AFP)

Le président de Tours, Jean-Marc Ettori, a violemment attaqué un journaliste du quotidien régional La Nouvelle République dans un communiqué publié sur le site internet de son club.

Jean-Marc Ettori et les médias, nouveau chapitre. Après avoir empêché deux journalistes de La Nouvelle République de rentrer au stade en juillet 2016 et dénoncé une "conspiration médiatique" dans la foulée d'une défaite à Sochaux en novembre de la même année, qualifiant notamment le journal L’Équipe de "honte pour le sport français", le président de Tours a de nouveau dégoupillé dimanche soir.

Dans son viseur: un article publié par La Nouvelle République, mardi dernier, affirmant que Sébastien Gondouin, l'un des entraîneurs adjoints de Jorge Costa, avait été "mis à l'écart" par la lanterne rouge de Ligue 2. "Il semblerait tout simplement que Jorge Costa ne fasse pas confiance à Sébastien Gondouin… sur lequel il ne s’appuyait pas depuis son arrivée, assurait l'article intitulé 'Sébastien Gondouin sert de fusible'. Cette éviction ressemble, en tout cas, plus que fortement à une façon de faire sauter un fusible, de 'tirer sur le lampiste'… après avoir pointé du doigt, plus ou moins légitiment, les absences sur blessure, la qualité des terrains ou l’arbitrage."

"Comportements malhonnêtes" et "orgasmes cérébraux" 

Dans un communiqué au vitriol intitulé "fieffés menteurs", le dirigeant dénonce "les comportements malhonnêtes" du quotidien régional et s’en prend nommément à l’auteur de l’article. "Depuis des années, en fait de façon plus affirmée, depuis la non-reconduction d’un important contrat publicitaire entre le groupe NRCO (Nouvelle République du Centre-Ouest) et le Tours FC, fake news, mensonges en tous genres, attaques injustifiées et inventées, manipulations, et critiques difficiles à expliquer, sauf à avoir une volonté de nuire, ont été instillés comme un poison pour discréditer le club, sans jamais vérifier ni recouper quoique ce soit", ose le communiqué.

Sur le fond de l’affaire, Ettori précise: "Cet article est une fois encore bien éloigné des réalités du club qui se bat au quotidien pour sa survie. Sébastien Gondouin a été, en accord avec le président, Franco Torchia (le directeur sportif) et Jorge Costa, chargé de superviser toutes les équipes que nous allons rencontrer et de préparer la saison prochaine quelle que soit son issue. Il n’a jamais été question d’une mise à l’écart ou d’un licenciement qui semble provoquer des orgasmes cérébraux à F. Launay (le journaliste auteur de l’article)." 

Une conclusion surréaliste 

Ettori menace de déplacer le conflit sur le terrain judiciaire: "Nos avocats travaillent sur une action au civil pour mensonges répétés destinés à nuire sportivement, économiquement, sans oublier un manquement permanent à la plus élémentaire des déontologies."

Le communiqué se conclut sur une note surréaliste: "Le projet de loi du gouvernement sur les fake news va être terrible pour les médias menteurs et les pigistes menteurs comme F. Launay. Le Président Emmanuel Macron en a fait une priorité pour les prochaines semaines. Mais d’ici-là, pas question de laisser continuer ces médiocres de la médiacratie à nuire au club. Un champion n'est pas celui qui n'échoue jamais, plutôt celui qui ne renonce jamais. F. Launay est donc un champion des fake news, mais passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de gourmet."

La Nouvelle République n’a pour l’heure pas réagi mais a reçu plusieurs marques de soutien sur les réseaux sociaux.

VIDEO: Le match Vitoria - Bahia arrêté après une bagarre générale au Brésil

Th.B.