RMC Sport

Le Mans au bord du gouffre

La MMArena

La MMArena - -

Quinzième de L2, Le Mans accueille Caen ce soir (20h) dans un contexte extrêmement inquiétant. Avec un trou de 7M€ dans les caisses du club, la menace de disparition plane toujours au-dessus de la MMarena.

Le Mans FC qui reçoit Caen ce soir est au bord du gouffre financier. Il manque 7 millions d’euros dans les caisses du club. Il en manquait déjà 3 en juin dernier alors que le club sarthois doit passer devant la DNCG le 28 février. Un constat alarmant. C’est surtout le stade du MMarena, inauguré en janvier 2011, que Le Mans FC traîne comme un boulet. Le loyer s'élève à 600 000 euros annuel. Un gouffre pour une équipe qui joue le bas de classement de la L2.

Michel Moulin en sauveur ?

L’homme d’affaire qui avait occupé les fonctions de conseiller sportif au PSG en avril 2008 est pour le moment le seul à avoir fait une offre à Henri Legarda, le président manceau. Les deux hommes doivent se revoir en début de semaine. Michel Moulin doit garantir un apport immédiat de 2,5 millions pour payer les factures, plus 3 millions à verser au capital. Si le club ne trouve pas de repreneur, les sanctions de la DNCG devraient vite tomber. Celle-ci souhaite que le club soit en fonds propres positifs au 30 juin. Il faut donc ajouter 3 millions d’euros au capital. Ensuite, comme l’explique Henri Legarda, « il faut remettre en compte courant du cash de façon à ne plus avoir de soucis quand on arrive en fin de mois. »

La ville critique la LFP

Jean-Claude Boulard, le maire du Mans, est au chevet du club depuis plusieurs mois. Hier, il a voté avec son conseil municipal le rachat du centre d’entraînement de la Pincenardière (bureaux et vestiaires, la ville possédant déjà les terrains) pour 2 millions d’euros afin de donner un coup de pouce au club de la ville, à condition que Le Mans FC trouve un repreneur. Mais il s’étonne lorsqu’on dit que c’est la construction du MMArena qui a plombé le club : « C’est la Ligue qui nous a imposé de faire un stade, il faudra peut-être un jour qu’on rappelle cela, se défend l’élu. Il faudrait ouvrir le débat sur les garanties que possèdent les villes. Certains stades de Ligue 1 ne sont pas aux normes et la Ligue n’indexe pas ses contributions en fonctions des efforts réalisés par les clubs. Si le club jouait encore au Stade Léon-Bollée aujourd’hui, ça ne coûterait rien. » Si Le Mans FC venait à disparaître et que « Le Mans stadium » renonce au MMArena comme le lui permet le contrat de concession, la facture pour le contribuable manceau s’élèverait à plusieurs dizaine de millions d’euros.

PYL